Congo: le porte-parole du gouvernement conteste le rapport de l'OCDH sur les prisons

Thierry Moungalla, ministre congolais de la Communication et porte-parole du gouvernement, à Brazzaville, le 21 mars 2016.
© MARCO LONGARI / AFP

La réponse du gouvernement du Congo-Brazzaville suite au rapport annuel de l'Ogranisation Congolaise des Droits de l'Homme (OCDH), qui dénonçe l'insalubrité des prisons du pays ne s'est pas faite attendre. L'ONG assure y avoir enregistré 30 décès pour la période 2017-2018. Elle met en cause, la surpopulation des prisons, et de nombreux cas de malnutrition. Un rapport rejetté en bloc par les autorités. Thierry Moungalla, le porte parole du gouvernement,  se refuse à commenter les données du rapport et accuse l'OCDH de cabale politique.

Le gouvernement en concertation avec une vingtaine d'ONG de la société civile a signé un protocole d'accord le 22 février 2019 et c'est une plate-forme de concertation permanente qui permet de manière constructive de faire avancer les questions des droits de l'homme. Le gouvernement note que l'OCDH a refusé de signer ce protocole parce que cette organisation était dans une démarche solitaire qui était de procéder à des accusations que je qualifierais de politiciennes.

Thierry Moungalla rejette en bloc les accusations de l'OCDH sur les prisons congolaises
10-05-2019 - Par Laure Broulard

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.