Algérie: des journalistes de la télévision publique sanctionnés

Des manifestants dans les rue d'Alger, la capitale, lors de la mobilisation du 3 mai.
© REUTERS/Ramzi Boudina

Des sanctions contre des journalistes de la télévision publique ont été annoncées ce week-end. Au moins quatre journalistes se sont vu reprocher leur prise de position pour le mouvement de protestation, leurs critiques contre la censure et les autorités.

Déclarations à des médias privés, expression d’un avis politique, port d’un drapeau lors d’une manifestation : voilà ce qui est reproché, selon eux, aux journalistes de l’ENTV, la télévision officielle algérienne, et qui a abouti à des sanctions. Un reporter et un présentateur ont été écartés. Une technicienne a également été sanctionnée et une émission religieuse a été suspendue.

Depuis le 22 février, les journalistes des médias étatiques font eux aussi partie des Algériens qui se mobilisent. Ils organisent des rassemblements devant leurs locaux chaque semaine. Début février, ils dénonçaient la censure au sein de leurs rédactions et des pressions qui les avaient forcés à ne pas mentionner les manifestations.

Depuis, les choses avaient changé. Les manifestations étaient évoquées avec précision et fin mars, le directeur général de la télévision est limogé. Pourtant, selon les professionnels de l’audiovisuel public, ces changements sont loin d’être acquis. Ce vendredi, le journal télévisé n’a fait aucune référence aux critiques contre le chef d’état-major dans les manifestations.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.