Republier
Centrafrique

RCA: une exposition de photos des victimes de la crise

Des visiteurs regardent l'exposition de Pascale Serra au centre d'écoute des Flamboyants, à Bangui le 11 mai 2019.
© C. Cosset/RFI

La Centrafrique commémorait samedi ses victimes du conflit. Le 11 mai a été institué journée nationale des victimes de la crise lors des assises nationales de 2015. Impossible aujourd’hui d’évaluer le nombre des victimes du conflit. Elles se comptent en milliers. Une cérémonie officielle a eu lieu. Une exposition de photos a aussi été inaugurée dans le 5e arrondissement de la capitale, dans le lieu symbolique qu’est le centre d’écoute des victimes des Flamboyants.

Vingt-huit photos sur lesquelles des hommes et des femmes brandissent des clichés de leurs proches qui ont perdu la vie pendant ce conflit… Chrétiens comme musulmans témoignent de leurs souffrances dans cette série de portraits. Parmi les victimes photographiées, Mamadou Christ Gazao. Sa mère a été tuée par balle le 5 décembre 2013.

« Depuis le 5 décembre 2013, c’est la première fois que quelqu’un vient auprès de nous pour nous écouter. Pascale est venue pour nous parler. Et c’est la première fois que nous assistons à une cérémonie, nous les victimes. Le choix de se faire photographier vient du fait que c’est la première fois que nous avons l’occasion de présenter notre histoire et pour marquer ce devoir de mémoire nous avons accepté de poser. »

Un devoir de mémoire essentiel et qui manque encore ici, selon la réalisatrice centrafricaine Pascale Serra. Elle a souhaité sortir les victimes de l’anonymat.

« On entend beaucoup parler de chiffres, 20 morts, 10 morts, 30 morts mais on n’a jamais les noms de ces personnes qui ont disparu. Il n’y a pas de visage sur ces personnes-là. Donc on c’était dit que c’était important de les nommer. Et organiser quelque chose pour mettre en place un devoir de mémoire en République centrafricaine. »

L’exposition n’est que temporaire, faute de lieu disponible. La réalisatrice espère qu’un espace sera prochainement dédié à la mémoire des victimes en Centrafrique.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.