Burkina Faso: 4 morts dans l’attaque d’une procession religieuse dans le Nord

Cette nouvelle attaque a visé une église de l'archidiocèse de Ouahigouya dans le nord du Burkina Faso, le 13 mai 2019.
© Google Maps

Selon le président de la Conférence épiscopale Burkina Faso–Niger, quatre catholiques sont morts ce lundi, toujours dans le Nord, au cours d'une procession religieuse. Des morts qui s'ajoutent aux victimes de l'attaque de l'église de Dablo qui ont été inhumées dimanche.

Monseigneur Paul Ouédraogo, le président de la Conférence épiscopale Burkina Faso–Niger, a évoqué cette nouvelle attaque à l’occasion d'une réunion des évêques d’Afrique de l'Ouest à Ouagadougou. Cette réunion était prévue de longue date, mais désormais elle se tient dans un contexte bien particulier.

L’attaque s’est déroulée dans l’après-midi de lundi. C’est au cours d’une procession que ces fidèles chrétiens ont été tués. Comme chaque année après la célébration de la fête de Pâques, la statue de la vierge Marie fait le tour des différentes églises.

Elle était dans la localité de Kayon. Et les fidèles chrétiens de cette localité devaient la ramener à Singa, le village voisin. Les deux délégations se sont rencontrées au milieu du parcours et la statue de la vierge Marie a été remise aux fidèles de Singa.

Selon nos sources c’est sur le chemin de retour à Singa que l’attaque a eu lieu.
Un groupe d’hommes armés non identifiés, environ une trentaine de personnes, sur des motocyclettes, a intercepté le cortège. « Ils ont fait débarquer les enfants et les femmes de la moto tricycle qui les transportaient », explique notre source.

Après avoir détruit sur place la statue de la vierge Marie, ils repartent avec les quatre adultes qui étaient chargés de conduire les autres. « Les femmes et enfants ont vite pensé à une prise d’otage », relate notre interlocuteur. Environ un quart d’heure plus tard, des coups de feu éclatent, un peu plus loin. Le constat est fait par les rescapés. Les quatre fidèles ont été abattus par leurs ravisseurs.

L’ombre des différentes attaques terroristes contre l’église et contre le Burkina Faso a plané sur la cérémonie d’ouverture de cette troisième assemblée plénière des évêques d’Afrique de l’Ouest. Le président de la Conférence épiscopale du Niger a dénoncé ces attaques dans un discours. Il a demandé d’ailleurs une minute de silence à la mémoire des victimes. Des attaques qui, selon lui, ont visé l’Église et ses symboles.

Alors, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, quant à lui, a demandé aux évêques d’Afrique de contribuer au maintien de la cohésion sociale car, dit-il, « ce qui menace le Burkina Faso, c’est un conflit interreligieux et intercommunautaire, et tel est l’objectif visé par les terroristes, un objectif qu’ils n’atteindront pas si tout le monde reste soudé et uni ».

Il a par ailleurs demandé à tous les Burkinabè de toutes confessions religieuses et sans distinction ethnique d'être soudés. « C'est le vivre ensemble qui est mis en cause. Face à ces terroristes, le Burkina va rester debout », a lancé le président burkinabè.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.