Republier
Cameroun ONU

Le Conseil de sécurité de l'ONU se penche sur la crise humanitaire au Cameroun

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni pour discuter, pour la première fois, de la crise que traverse le Cameroun. (Photo d'illustration)
© AFP PHOTO/Getty Images North America/Drew Angerer

Le Cameroun était au menu du Conseil de sécurité des Nations unies ce lundi 13 mai. Un événement, puisque hormis dans les rapports formels du bureau onusien pour l’Afrique centrale, la crise que traverse le pays n’avait encore jamais été abordée.

Avec notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier

Près de 4,3 millions de personnes, soit 1/6 de la population du Cameroun, ont aujourd’hui besoin d’une assistance ; 1,3 million sont déplacées, soit huit fois plus que l’an passé. Pour différentes raisons, le pays connaît plusieurs très graves crises humanitaires, très largement ignorées.

Si le Conseil de sécurité a lui-même mis du temps à les mettre à son agenda, il s’est finalement penché lundi sur une situation qui empire depuis 2017. Mais cela n’a pas plu à tout le monde : l’ambassadeur du Cameroun a estimé qu’on cherchait « des poux dans la tête » de son pays, et même dénoncé les larmes feintes de certains.

Il a aussi sous-entendu qu’il y aurait une volonté d’interventionnisme de certains, analyse qu’a semblé partager la Guinée équatoriale, qui a souhaité que la « crise humanitaire ne soit pas politisée ».

Chine et Russie ont elles aussi prévenu des risques d’ingérence si l’on se penchait trop sur les problèmes politiques du Cameroun. Pourtant, si les régions anglophones du pays subissent la crise la plus grave, c’est bien à cause du conflit violent entre gouvernement et séparatistes.

La réunion du jour devait seulement traiter de la « crise humanitaire », mais certains ont prévenu que l’aspect politique ne pourrait pas être éludé éternellement.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.