Republier
RCA

RCA: un document-cadre pour une meilleure santé des prisonniers

La prison de Ngaragba, à Bangui, le 5 avril 2013.
© AFP/Patrick Fort

En RCA, la Minusca a signé un document-cadre de politique nationale de santé des personnes détenues avec le ministère de la Justice et de la Santé. « L’état de santé des détenus en RCA n’est pas du tout satisfaisant », indique un document de la Minusca. Manque de personnel, manque de moyens financiers pour les soins en dehors de l’infirmerie de la prison… Aujourd’hui, les établissements pénitenciers notamment la prison de Ngaragba ont des difficultés à faire face aux besoins de santé des détenus.

Paludisme, tuberculose, gale… Les maladies ne manquent pas à Ngaragba. Une situation difficile à gérer, explique Joël Hubert Yandobe, le directeur de la prison centrale : « Notre infirmier peut consulter 30 à 40 détenus par jour. À cause de la promiscuité que vous voyez pour une capacité d’accueil de 400 détenus on se retrouve aujourd’hui à 1000, vous comprenez que c’est un peu difficile. Ça fait que les gens sont trop serrés, la chaleur et tout ça, ça fait que tous les jours il y a des cas de maladies. D’où à chaque fois il y a des consultations et les infirmiers sont débordés. »

Dans ce quartier de Ngaragba, les nattes se chevauchent. Du linge pend dans le peu d’espace encore vide. L’air ne circule pas, c’est étouffant. Cet homme est détenu depuis plus de deux ans dans l’attente de son procès. Il n’a pas échappé au paludisme : « J’étais malade, mes collègues ont cogné. Et puis les militaires sont venus me prendre. Et puis grâce au régisseur et au chef de sécurité, ils ont pris leur argent, ils ont payé un taxi, ils m’ont emmené, j’ai passé 10 jours à l’hôpital Saint-Paul, c’est une clinique donc les parents sont venus à mon secours. Ils ont payé les frais au niveau de Saint-Paul. Si la famille n’est pas là, je ne peux pas payer. »

Malgré le soutien de partenaires, les besoins sont énormes. La prison ne dispose même pas d’un véhicule pour évacuer les détenus malades.

Dernière décision politique en date sur le sujet, confirmée mardi à RFI, la santé des détenus va passer du ministère de la Défense à celui de la Santé. Ce qui nécessitera la mise en oeuvre d'une stratégie d'opérationnalisation et donc un budget spécifique pour cela.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.