Republier
Algérie

Algérie: forte tension à Alger pour le 13e vendredi de mobilisation

Une importante foule a défilé dans le centre d'Alger pour un 13e vendredi consécutif de manifestations dans le pays. Ici les manifestants face à la police devant la Grande Poste, à Alger, le 17 mai 2019.
© RYAD KRAMDI / AFP

Aujourd'hui encore malgré la fatigue du ramadan, des barrages policiers pour accéder au centre-ville et des tirs de gaz lacrymogène à Alger, les manifestants ont répondu présents. Pour le 13e vendredi consécutif de manifestations en Algérie, plusieurs appels ont été lancés : appel à la mobilisation pour demander le départ du président de transition et du chef du gouvernement considérés comme des figures de l'ancien régime ; appel aussi contre l'organisation de la présidentielle prévue le 4 juillet prochain.

Ce vendredi, le climat a été particulièrement tendu à Alger, bien plus que les vendredis précédents. Interdite d'accès toute une partie de la journée, en milieu d'après-midi la foule a finalement eu raison du barrage policier et des gaz lacrymogènes qui les empêchaient d'accéder au parvis et aux marches de la Grande Poste, pour s'étaler sur l'ensemble de la place.

Des milliers de manifestants ont manifesté à Alger dans une ambiance plus tendue aujourd'hui, mais il y a eu foule aussi à Oran et Constantine, 2e et 3e villes du pays, à Bouira et Tizi Ouzou en Kabylie ou encore à Bordj Bou Arreridj, localité située à 150 km à l'ouest d'Alger devenue un haut lieu de la contestation.

Partout les mêmes mots d'ordre : « Non à l'élection du 4 juillet », « Non aux militaires au pouvoir », peut-on lire sur l'une des banderoles postées sur Twitter. Ce sont les deux principaux mots d'ordre de ce 13e vendredi de mobilisation. Car si le pouvoir maintient toujours son calendrier électoral, les manifestants le jugent intenable pour avoir un véritable renouvellement de la classe politique et veulent une période de transition politique.

Le dépôt des candidatures à la présidentielle se termine jeudi prochain et, pour le moment, pas de grande figure de l'opposition, peu de candidats ont validé leur candidature. Il faut voir si cette date pourra être maintenue.

« Un État civil, pas d'État militaire », c'est l'autre mot d'ordre du jour, alors que l'armée est revenue au centre du jeu politique, après avoir contribué au départ du président Bouteflika. Les manifestants s'inquiètent de plus en plus du rôle joué par le général Ahmed Gaïd Salah, soutien indéfectible du président Bouteflika pendant 15 ans.

Le chef d'état-major Ahmed Gaïd Salah tient les ficelles du pouvoir, mais c’est un cacique du régime Bouteflika. Un sujet qui divise néanmoins. Si à Alger le rejet est très fort, dans le reste du pays beaucoup soutiennent toujours l'armée au nom d'un certain nationalisme.

Bousculade entre forces de l'ordre et manifestants à Alger, Algérie, le 17 mai 2019. © RYAD KRAMDI / AFP

De leur côté, les autorités de transition poursuivent leur opération mains propres. Ce jeudi, deux procureurs d’Alger ont été démis de leurs fonctions. Idem pour le patron de l'organisme chargé de la lutte contre la corruption. Enfin, plusieurs personnalités du régime Bouteflika ont été convoquées par la justice. Beaucoup de mouvements dont il est difficile encore d'analyser la portée. Car aucun motif pour ces démisssions et ces comparutions n'a été communiqué officiellement. Ce travail de la justice n'a, en tout cas, aucun impact sur la mobilisation de la rue.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.