Cameroun: forte hausse des agressions homophobes en 2018

L'homosexualité est passible de cinq ans de prison au Cameroun.
© Getty Images / WOJTEK RADWANSKI

Au Cameroun, 1 134 cas d'agressions homophobes ont été recensés en 2018, soit presque deux fois plus que l'année précédente, d’après un rapport publié par des ONG.

Il y a des violences psychologiques, comme les insultes, le chantage, ou le rejet familial par exemple, mais aussi des violences sexuelles et des agressions physiques, avec des lynchages et même 74 cas de torture.

Une extrême violence qui peut aller jusqu’au « meurtre », explique Yves Yomb, responsable droits humains et question de genres à l'ONG Coalition plus, qui rapporte le cas de personnes « soupçonnées d’être homosexuelles, tabassées, voire tuées par la population ».

Les ONG sur place rappellent qu'à ces violences s'ajoutent les arrestations arbitraires. Au Cameroun, l'homosexualité est illégale et est punie par des peines allant jusqu'à cinq ans de prison.

Un climat propice au VIH

Un climat délétère qui favorise la propagation de l'épidémie de VIH au sein de la communauté LGBT, alerte Jean-Paul Enama, de l’ONG Humanity First. En effet, « lorsqu’il y a un climat de peur, d’insécurité, tu n’as pas véritablement envie d’aller à l’hôpital, même pour prendre des informations sur la santé ». Et encore moins pour demander un test de dépistage du VIH.

Résultat, presque 40% de la communauté LGBT du pays vit avec le virus du Sida, soit environ 10 fois plus que dans le reste de la population.

C’est paradoxal : d’une part la volonté des autorités, notamment sanitaires, de lutter contre le VIH auprès de ses populations, y compris homosexuelles. Et d’un autre côté, la répression qui continue. […] On ne peut pas vaincre le Sida si on continue à pénaliser, à arrêter les gens, à mettre les gens en prison.

Yves Yomb dénonce une situation ubuesque
17-05-2019

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.