Republier
Togo

Togo: la révision des listes électorales est trop lente selon les électeurs

Une Togolaise présente son doigt maculé d'encre, preuve de son vote au scrutin présidentiel du samedi 25 avril 2015.
© AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO

Au Togo, c’est ce samedi 18 mai que prend fin la révision des listes électorales pour les prochaines élections locales prévues le 30 juin prochain, les premières depuis 32 ans. 3 200 machines ont été déployées à travers le pays et  22 860 agents mobilisés pour cette opération qui aura duré trois jours. Au deuxième jour, les électeurs de la capitale, Lomé, ont fait face aux mêmes problèmes que la veille à savoir la lenteur dans l’enrôlement ou encore des machines qui rament. RFI a visité plusieurs centres où s’effectuent ces opérations de révision de listes.

Dans plusieurs centres de révision des listes, jeudi et vendredi, le problème reste le même.

« On constate que pour faire une carte, il faut au moins de 20 à 25 minutes », témoigne un électeur.

C’est trop lent et ceux qui arrivent perdent patience.

« On nous énerve. Je dis bien qu'on nous énerve dans cette affaire ! Mais pourquoi doit-on nous traiter nous, citoyens, comme cela ? On est arrivé ici depuis le matin. On est là, ça traîne, on passe la journée entière ici, pour rentrer quand ? Quel est au juste le problème ? Ne savent-ils pas que nous avons d'autres choses à faire pour vivre ? », s’insurge cet autre électeur.

Un opérateur de saisie rencontré dans un centre, explique.

« Très simplement, la base de données de 2018 est dans l’ordinateur et donc, si quelqu’un met son empreinte, la base doit rechercher la personne pour voir si elle n’a pas déjà été inscrite. Cela peut prendre entre 15 et 30 minutes et rend le travail un peu trop difficile », précise-t-il.

Le président de la Commission électorale a fait le tour lundi. Il connaît le problème. Tous les soirs, dit Tchambakou Ayassor, une équipe sur le terrain l’informe de tous les coins du pays de la façon dont se déroulent les opérations.

« En fonction de la situation, une proposition sera faite au gouvernement qui avisera de la conduite à tenir en fonction donc de cette situation de terrain », nous explique Tchambakou Ayassor.

Des voix s’élèvent déjà dans l’opposition pour exiger que l’on proroge les jours afin de permettre à tous ceux qui attendent de se faire enrôler.

Rappelons que l'opposition avait appelé, en 2018, au boycott du recensement.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.