Republier
Soudan

Soudan: militaires et leaders de la contestation renouent le dialogue

Le sit-in devant les locaux de l'armée à Khartoum se poursuit alors que les négociations ont repris, ce dimanche 19 mai 2019.
© ASHRAF SHAZLY / AFP

Après 72 heures de suspension par les militaires, le dialogue entre les militaires et les civils a repris dimanche soir 19 mai à Khartoum pour parvenir à la composition d'un futur Conseil souverain de transition. Les discussions se sont poursuivies toute la nuit sans qu'aucun accord ne soit trouvé. Les discussions doivent reprendre lundi soir.

Les militaires reprochaient aux manifestants d'avoir étendu le sit-in en érigeant des barricades un peu partout en ville, au risque de bloquer la capitale soudanaise. Dans la nuit qui a suivi la déclaration de suspension de l'armée, les manifestants, disciplinés, ont retiré leurs barricades, en affirmant : « La balle est désormais dans le camp de l'armée ». Un message entendu par les militaires.

Mais il aura fallu un certain nombre d’ajustements pour que le dialogue reprenne : suppression donc des barricades qui commençaient à étouffer Khartoum, mais également mise à l’écart des milices responsables, selon de nombreux manifestants, des coups de feu tirés la semaine dernière et qui ont fait six morts et des dizaines de blessés.

La police a fait son grand retour autour du sit-in, après plusieurs mois d’absence. Malgré une certaine suspicion, on la préfère aux milices. « On est rassurés de savoir la police ici, confirme Ahmed Gassim Idriss, jeune commerçant en charge de la sécurité sur le sit-in. Même si on ne lui accorde qu’une confiance limitée. Mais il y avait tellement de rumeurs sur l'implication des Forces de soutien rapide d’Hemetti dans les assassinats des manifestants. Ça commençait à devenir dangereux pour tout le monde ».

L’urgence désormais réside dans l’accord que militaires et civils doivent signer. La répartition des rôles de chacun dans le gouvernement de transition. Les leaders de la contestation veulent à tout prix qu'un civil dirige cette future institution clé. Ensuite, il faudra entamer rapidement une reprise en main économique du pays. À ce propos, l'Arabie saoudite vient d'injecter 250 millions de dollars dans la Banque centrale du Soudan pour permettre au pays de respirer un peu.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.