Republier
Tchad

Les affrontements entre éleveurs et paysans essaiment dans l'est du Tchad

Les affrontements se sont déplacés vers le sud dimanche et lundi, de la province du Ouaddaï au Sila.
© Google Maps

Malgré l’intervention des autorités et l’arrestation d’une trentaine de suspects, les affrontements entre éleveurs et agriculteurs qui ont fait une dizaine de morts dans l’est du pays la semaine dernière se poursuivent. Dimanche et lundi 20 mai, les violences se sont déplacées de la province du Ouaddaï au Sila, plus au sud.

C’est à Amchaloka et Amsabarna, deux villages situés à quelques dizaines de kilomètres des précédents théâtres d’affrontements que paysans et éleveurs ont livré bataille dimanche dans la nuit puis lundi matin. Des cavaliers ont mené des raids, tirant à l’arme automatique sur des villageois qui ont riposté.

On évoque entre 19 et 21 morts et plusieurs dizaines de blessés. Ce qui porte à une trentaine le nombre de personnes tuées en quatre jours de conflits dans cette zone de l’est du Tchad.

On a appris lundi que les suspects interpellés et confiés à la justice dimanche après les affrontements qui ont ensanglanté la sous-préfecture de Marfa au sud d’Abéché ont été transportés au bagne de Korotoro, une prison de haute sécurité située en plein désert.

La résurgence des affrontements au lendemain du passage du ministre de l’Administration du territoire démontre la profondeur de la crise dans cette région frontalière avec le Soudan.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.