Republier
Afrique du Sud

Afrique du Sud: Lonmin va licencier 4000 mineurs

Mine de platine de Marikana (illustration).
© Dean Hutton/Bloomberg via Getty Images

Quelque 4 100 mineurs sud-africains devraient bientôt perdre leur emploi suite à la fermeture de six vieilles mines de platine qui ne sont plus viables. Le plan de licenciement a été annoncé par l’entreprise Lonmin, 3e plus grand producteur de platine au monde. Mais ces licenciements font craindre des tensions en Afrique du Sud.

Lonmin veut à terme licencier plus de 12 000 mineurs dans le bassin de platine sud-africain. C’est précisément là où se trouve la mine de Marikana, qui avait vu la mort de 34 grévistes réclamant une hausse de leurs salaires en 2012. À l’époque, c’était déjà Lonmin qui était au centre de toutes les attentions car Cyril Ramaphosa était l’un des directeurs de l’entreprise Lonmin et avait alors demandé aux autorités de faire cesser la grève de Marikana par « tous les moyens ».

Aujourd’hui, Lonmin est en passe de se faire racheter par une autre entreprise, Sibanye Stillwater, qui veut, elle, supprimer un nombre conséquent d’emplois dans le bassin de platine sud-africain, 12 600 en trois ans précisément.

Le bras de fer est lancé avec les syndicats, et plus particulièrement AMCU, le deuxième du pays. AMCU est en quelque sorte la bête noire des entreprises minières et du gouvernement sud-africain. La preuve avec la récente organisation d’une grève qui aura duré plus de 5 mois dans une mine d’or. Elle a pris fin le mois dernier, avec à la clé une revalorisation des salaires.

Le gouvernement a menacé d’interdire AMCU via une action au Parlement. Le syndicat compte 200 000 membres en Afrique du Sud. « Une attaque politique », selon son leader. Et d’après le parti d’opposition EFF c’est une manière de rediriger les mineurs vers le syndicat majoritaire, NUM, qui est lui fidèle au gouvernement car son créateur n’est autre que Cyril Ramaphosa.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.