Libye: le maréchal Haftar rejette l'idée d'un cessez-le-feu

Des membres de l'Armée nationale libyenne dirigée par le maréchal Haftar, en direction de Tripoli, le 13 avril 2019.
© REUTERS/Esam Omran Al-Fetori

Le maréchal Haftar était reçu, mercredi 22 mai dans l'après-midi, à l’Élysée par le président Macron. Une rencontre qui intervenait deux semaines après la visite à Paris du Premier ministre du gouvernement d'union nationale, Fayez el-Sarraj. Objectif de cette rencontre : relancer le processus politique alors que les combats se poursuivent à Tripoli. Ghassan Salamé, l’émissaire de l’ONU pour la Libye, a dit ce mercredi craindre une guerre longue et sanglante. De son côté, le maréchal Haftar a rejeté l’idée d’un cessez-le-feu dans l'immédiat.

Selon l’homme fort de l’Est libyen, les conditions d’un arrêt des hostilités ne sont pas réunies. À ses yeux, les forces loyales au gouvernement d’union nationale sont désormais phagocytées par les milices armées. Le maréchal Haftar estime donc ne pas avoir d’interlocuteur avec qui négocier un tel cessez-le-feu.

Fayez el-Sarraj, le chef du gouvernement d’union nationale ne veut pas non plus entendre parler d’un arrêt des hostilités sans qu’il ne soit question d’un retour des troupes du maréchal Haftar sur leurs positions d’avant le début de l’offensive sur Tripoli.

Une position qui démontre que la défiance est plus forte que jamais entre les différents acteurs libyens. La situation semble donc toujours dans l’impasse à l’heure où les combats repartent de plus belle au sud de Tripoli. Les armes continuent, elles, d’affluer et, pour ne rien arranger, la situation paraît se tendre dans le sud du pays avec la recrudescence, selon l’Élysée, d’actions de groupes terroristes dans la région du Fezzan, au niveau des frontières avec le Niger et le Tchad.

Ce mercredi, Ghassan Salamé a dit craindre le début d’une guerre longue et sanglante. Dans l'après-midi, face au président Macron et au ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, le maréchal Haftar a tenté de justifier son offensive sur Tripoli, l’expliquant par l’essor des milices armées dans la capitale libyenne et par l’impasse des discussions politiques.

Outre cet appel à un cessez-le-feu, le président français a milité pour une relance du processus politique. Un point sur lequel le maréchal Haftar a, selon l’Élysée, laissé entrevoir un semblant d’espoir, convenant qu’un tel processus était indispensable et qu’il faudrait l’étendre aux représentants des grandes villes de l’Ouest libyen. Mais ni la relance de ce processus, ni donc un arrêt des hostilités ne semblent être envisageables à court ou moyen terme.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.