Republier
Soudan

Soudan: un bras de fer engagé entre militaires et contestataires

Des Soudanais manifestent devant le quartier général de l'armée le 1er mai 2019 à Khartoum.
© REUTERS/Umit Bektas

Au Soudan, les préparatifs sont toujours en cours pour le déclenchement d'une grève générale et d'un mouvement de désobéissance civile, deux jours après l'échec du dernier round de pourparlers entre civils et militaires. Les négociateurs ne sont pas parvenus à s'entendre sur la composition et la présidence du Conseil souverain qui sera chargé de piloter la transition jusqu'aux élections. Cela étant, les discussions ne sont pas tout à fait interrompues et chaque camp semble aujourd'hui engagé dans une partie d'échecs pour revenir aux négociations en position de force.

D'un côté, toute la journée de ce mercredi et encore ce jeudi matin, la mobilisation populaire poursuit sa montée en puissance. Dans l'impasse face aux militaires, l'opposition mobilise la rue. Un communiqué de l'Association des professionnels soudanais a par exemple évoqué jeudi après-midi le lancement d'une vaste consultation des manifestants pour discuter des débouchés possible au blocage des négociations avec la junte militaire.

Par ailleurs, toujours pour faire monter la pression, depuis mercredi des comités professionnels représentant les employés de banque, les taxis, les transporteurs, les ingénieurs de la compagnie d'électricité, soit quasiment tous les secteurs de l'économie soudanaise, se déclarent en faveur de la grève générale. Des premiers débrayages ont eu lieu à Khartoum, comme dans plusieurs villes de province.

En guise de riposte, le Conseil militaire a annoncé mercredi soir avoir levé toutes les restrictions de l'ancien régime concernant les syndicats. L'idée, bien sûr, a aussitôt accusé l'opposition, est de court-circuiter la mobilisation populaire inédite qui commençait à s'organiser un peu partout dans le pays.

Le comité technique à la manœuvre

Côté négociations, les choses avancent malgré tout. Un comité technique, composé de deux civils et deux militaires, continue à discuter discrètement de différents scénarios possibles pour sortir de l'impasse. En cas d'accord au sein de ce comité technique, les pourparlers formels pourraient reprendre en quelques heures, et clore définitivement le dossier du Conseil souverain.

Les mouvements se font aussi au sein même de la junte militaire aussi, d'ailleurs. L'un de ses membres, le général Mustafa Mohamed Mustafa, ancien directeur des renseignements militaires, a démissionné mercredi, selon plusieurs sources. Il était vu comme le dernier islamiste au sein du Conseil militaire. Trois autres généraux islamistes avaient déjà quitté le groupe de généraux fin avril, juste avant le début des négociations avec les civils.

Ce pourrait être le signe que les militaires, malgré le bras de fer, sont prêts à donner quelques gages. C'est d'ailleurs le sens de la déclaration du numéro deux du régime, le désormais célèbre général Hemeti. Dans une interview donnée à un journal égyptien, mercredi, il affirme son impatience à transférer le pouvoir à un gouvernement civil, en affirmant que les militaires ne sont pas des politiciens.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.