Togo: une ONG note une recrudescence des violations des droits de l’homme

Des policiers togolais surveillent une manifestation à Lomé le 20 janvier 2018.
© Yanick Folly / AFP

La Ligue togolaise des droits de l’homme a rendu public un rapport sur les violations des droits de l’homme dans le pays. Dans ce document, qui couvre une période huit mois, pointe « une recrudescence alarmante ».

C’est un rapport de 35 pages dont les renseignements, selon les auteurs, ont été recueillis dans les cinq régions du pays. « Nous avons recueilli plusieurs cas de violation des droits de l’homme, détaille Celestin Agbogan, président de la Ligue togolaise des droits de l’homme. En autres, les assassinats et les tentatives d’assassinats. Et malheureusement, nous avons dénombré durant cette période cinq personnes tuées, dont un mineur. Outre les assassinats et les tentatives d’assassinat, il y a eu des atteintes à l’intégrité physique qui ont atteint plusieurs blessés, dont certains par balle. »

S’ajoutent à ce tableau, la maltraitance psychologique, les destructions de biens, les pillages et le vol. La Ligue togolaise des droits de l’homme évoque également les entraves aux libertés, notamment les interdictions systématiques des manifestations publiques. Lorsque ces manifestations sont autorisées, les opérations de maintien d’ordre, note le rapport, se transforment en opération de police judiciaire : interpellations, mauvais traitements et les gardes à vue deviennent des lieux de torture.

Les auteurs de ces actes sont connus : la ligue indexe les forces de l’ordre et de défense, les préfets dans les localités reculées qui manipulent les populations et certains magistrats qui organisent des procès à la va-vite. Il est temps, dit le rapport, que les autorités togolaises changent de méthode pour trouver des solutions aux problèmes sociaux, économiques et politiques.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.