L’Ouganda accuse le Rwanda d’avoir tué deux hommes sur son territoire

L'Ouganda accuse Kigali d'avoir violé l'intégrité de son territoire, mais la version rwandaise est différente. (Photo d'illustration)
© Wikimedia Commons / Pauline Samain CC BY-SA 4.0

L’incident se serait produit au cours d’une incursion menée par les forces de sécurité rwandaises contre un commerçant vendredi 24 mai au soir. Depuis quelques mois, Kigali interdit à ses ressortissants d’importer des produits en provenance d'Ouganda. Certains contournent cet interdit en passant par de petits postes-frontières, comme c’était le cas dans cette affaire.

D’après les autorités ougandaises, les faits se sont produits vendredi soir dans le village de Kiruhura, situé près d'un poste-frontière. Selon la police ougandaise, des soldats rwandais auraient effectué une incursion « de plus de 50 mètres » sur le territoire ougandais. Leur but : intercepter un commerçant rwandais de 25 ans qui se déplaçait à moto avec ses marchandises.

Selon la police, le commerçant a été tué d’une balle dans la tête ainsi qu’un citoyen ougandais qui a tenté de s’interposer.

Fred Enanga, le porte-parole de la police ougandaise, condamne ce geste. « Nos services de police de Kigazi enquêtent sur des meurtres commis par des soldats rwandais. La police condamne avec fermeté ces meurtres commis contre des civils innocents, a-t-il déclaré. Ce geste n’était pas justifié. Rien ne permet cette incursion sur le territoire ougandais et l’usage de la violence par des forces de sécurité rwandaises ».

Kampala proteste contre une « violation de son intégrité territoriale ». Un aspect que dément Kigali. Dans un communiqué, la police rwandaise reconnaît la mort de deux hommes. Mais sa version des faits est totalement différente : la police rwandaise affirme que l'incident s'est produit sur son territoire suite à un contrôle d’un contrebandier présumé qui aurait mal tourné. Les militaires rwandais ont dû intervenir contre un suspect hostile, soutenu par des bandes de personnes armées de machettes.

« Lorsque le gang est repassé du côté ougandais, aucune autre action n’a été entreprise par la patrouille », assure la police rwandaise.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.