Republier
RDC

RDC: l'affaire du vrai-faux diamant de Lambert Mende crée la polémique

L'ex-porte-parole du gouvernement congolais avait été brièvement interpellé dimanche 19 mai dans une histoire de vol de diamant.
© AFP PHOTO / JUNIOR D. KANNAH

Dimanche dernier, l'ancien porte-parole du gouvernement avait été brièvement interpellé pour le vol présumé d’un diamant de 87 carats. Mais depuis, Lambert Mende a porté plainte et son entourage assure que la pierre n'était pas un diamant et qu'il a été rendu à ses propriétaires, se prévalant d'un procès-verbal qui serait issu du Centre d'expertise, d'évaluation et de certification des substances minérales précieuses. Des déclarations contre lesquelles s’insurge la société civile congolaise.

Pour Me Georges Kapiamba de l'Association congolaise pour l'accès à la justice (ACAJ), il faut qu'une enquête soit ouverte par le parquet pour démêler le vrai du faux. Mais le procès-verbal présenté par les proches de Lambert Mende ne le convainc pas.

« Avec ce qui est mentionné dans ce procès-verbal, cela nous fait tout simplement croire que le vrai diamant a été remplacé par un faux afin de permettre à certains individus de le revendre frauduleusement et d'en tirer des bénéfices », soutient Me Georges Kapiamba.

Dimanche dernier, l'ancien porte-parole du gouvernement avait en effet été brièvement interpellé, accusé d'avoir volé un diamant de 87 carats à ses véritables propriétaires. Mais depuis, Lambert Mende, assurant que la pierre n’était pas un diamant, a porté plainte en se prévalant d’un procès-verbal du Centre d'expertise, d'évaluation et de certification des substances minérales précieuses.

Mais du côté du Centre d'expertise, d'évaluation et de certification des substances minérales précieuses, on promet une communication mercredi prochain pour livrer les conclusions de l'analyse de la pierre litigieuse. Ce centre est censé non seulement établir le type de pierre dont il s'agit, mais aussi sa valeur et remettre un rapport au gouvernement à ce propos.

Le procès-verbal brandi par les proches de Lambert Mende ne serait à ce stade ni un avis autorisé ni le résultat de l'analyse définitive de ce service de l'État qui dépend de la présidence de la République.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.