France: le groupe Bolloré poursuivi pour le non-respect d’un plan signé au Cameroun

Logo du groupe Bolloré.
© BERTRAND GUAY / AFP

Dix ONG et syndicats camerounais et français assignent le groupe Bolloré devant la justice française. Ils veulent obtenir l'application d'un plan d'amélioration des conditions de vie des travailleurs et des populations des plantations d'huile de palme exploitées par le groupe et ses filiales au Cameroun. L'affaire remonte à 2013, sous la pression de Sherpa, Bolloré avait accepté de mettre en place sous l'égide de l'OCDE une série de mesures visant à combattre les pollutions inhérentes à l'exploitation des plantations, mais aussi à améliorer la vie des travailleurs. Le plan a connu un début d'application en 2014 avant d'être abandonné quelques mois plus tard.

Désormais, c'est le tribunal de grande instance de Nanterre qui devra déterminer si la promesse prise par le groupe Bolloré envers les populations du Cameroun et leurs ONG partenaires a valeur de contrat, et si ce contrat n'a pas été respecté.

L'affaire remonte à 2010 quand Sherpa et trois autres ONG saisissent un mécanisme de l'OCDE, l'Organisation de coopération et de développement économique, pour obtenir une médiation. Les ONG dénoncent l'impact social et environnemental de l'exploitation de l'huile de palme par des filiales du groupe Bolloré, Socapalm et Socfin, au Cameroun.

Sous l'égide du PCN, le Point de contact national de l'OCDE, Bolloré et les ONG négocient un plan d'action. Plan non contraignant qui prévoit des actions de dépollution, de protection des riverains, mais aussi d'amélioration des conditions de vie des travailleurs. Début 2014, ce plan connaît un début d'application, mais tout s'arrête quelques mois plus tard, en novembre.

Selon l'avocat de Bolloré, Me Baratelli, le groupe Bolloré n'y est pour rien, la faute en revient à Socfin, dont Bolloré détient moins de 10% du capital. Mais pour Sherpa, Bolloré cherche à se défausser. Le groupe, qui a su imposer à Socfin de négocier un plan d'action, doit pouvoir la contraindre de l'appliquer.

Ce que nous demandons à Bolloré aujourd'hui, c'est de bien vouloir respecter ses engagements.

Marie-Laure Guislain, de l'ONG Sherpa
27-05-2019 - Par Olivier Rogez

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.