Republier
Mali

Mali: interpellé par Tiébélé Dramé, Sidi Brahim Ould Sidati calme le jeu

Drapeaux maliens à Bamako. (Image d'illustration)
© REUTERS/Luc Gnago

Le 25 mai, « Journée de l'Afrique », a été marqué par une cérémonie à Bamako, comme ailleurs sur le continent. Il y eut de nombreux invités... et un un moment de tension lorsque, prenant la parole au nom du gouvernement malien, Tiébilé Dramé, ministre des Affaires étrangères, a reproché à haute voix et en des termes clairs au représentant de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, ex-rébellion), également présent, de ne pas avoir eu l'attitude qu'il devait lorsque l'hymne national du Mali a été entonné.

Prenant la parole après l’exécution de l’hymne national du Mali, le ministre des Affaires étrangères évoque l’accord de paix, signé par le gouvernement et les ex-rebelles.

« L’accord d’Alger est un tout pour nous. À savoir, la réconciliation nationale, le confort de notre démocratie », déclara Tiébélé Dramé.

Ensuite, il interpelle le représentant de l’ex-rébellion, présent à la cérémonie. « Mais l’accord d’Alger, c’est aussi le respect de l’unité nationale. C’est pourquoi je déplore, tout à l’heure, quand le chant du Mali était étonné, que le président en exercice de la CMA, mon frère Sidi Brahim Ould Sidati se lève avec du retard et ensuite croise les bras de façon désintéressée. L’hymne national du Mali, c’est le chant du Mali ! Il est souhaitable que tous les Maliens le respectent. »

Sidi Brahim Ould Sidati, de l’ex-rébellion, ne répond pas sur le champ alors que les propos du ministre ont été largement relayés par la télévision nationale et les réseaux sociaux.

Vingt-quatre heures après, contacté par RFI, entre sincérité et regret, Sidi Brahim Ould Sidati, qui fait partie d’un mouvement où il y a toujours des indépendantistes, a voulu calmer le jeu. Il s’est bien levé, dit-il, et il ajoute : croiser les bras pour écouter le chant du Mali est pour lui un signe de respect.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.