Algérie: mort en prison de Kamel Eddine Fekhar, militant des droits de l'homme

À Alger, des étudiants manifestent pour dénoncer la mort en détention de Kamel Eddine Fekhar après cinquante jours de grève de la faim, le 28 mai 2019.
© RYAD KRAMDI / AFP

En Algérie, un militant des droits de l’homme, Kamel Eddine Fekhar, est mort mardi 28 mai à l’hôpital. L’activiste, connu pour sa défense de la minorité mozabite, avait été arrêté et incarcéré fin mars. Il avait entamé une grève de la faim pour protester contre sa détention. Il est décédé quelques heures seulement après avoir été transféré en urgence cette nuit à l’hôpital de Blida.

Après plus de cinquante jours de grève de la faim, le militant Kamel Eddine Fekhar est décédé en détention. Selon un proche de la famille, le militant était déjà dans le coma depuis quelques jours avant qu’il ne soit transféré à l’hôpital de Blida.

Son avocat avait mis en garde, son état de santé s’était fortement détérioré ces dernières semaines. Maître Dabouz avait d’ailleurs dénoncé ses conditions de détention dans le pavillon carcéral de l’hôpital de Ghardaïa, comparant sa cellule à une décharge publique.

Médecin de formation et ancien élu du Front des forces socialistes, Kamal Eddine Fekhar était connu pour sa défense des Mozabites, une population d'origine berbère, dont il était issu.

Il avait déjà été arrêté il y a quatre ans suite à des affrontements communautaires dans la région de Ghardaïa où il dénonçait la répression contre cette minorité par les pouvoirs publics. En mars dernier, il avait à nouveau été interpellé et placé en détention provisoire. Il était accusé d’atteinte aux institutions de l’État.

Aujourd’hui, son avocat dénonce l’acharnement contre son client et ami. Sur les réseaux sociaux, il a accusé les autorités administratives et judiciaires de l’avoir volontairement laissé mourir et demande l’ouverture d’une enquête.

C'est une mort programmée. Fekhar n'a rien commis. Il a fait une interview qui est publiée sur ma page, il n'y a rien d'autre dans son dossier. [...] J'accuse le procureur général, le juge d'instruction de la première chambre, le président de la chambre d'accusation, qui ont ordonné la détention de Kamel Eddine Fekhar et l'ont laissé mourir en prison.

Maître Dabouz, avocat du militant des droits de l’homme Kamel Eddine Fekhar
28-05-2019 - Par Alexandra Brangeon

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.