Republier
Burkina Faso

Burkina: Djibrill Bassolé toujours dans l'attente d'une évacuation sanitaire

L'ex-ministre des Affaires étrangères burkinabè Djibrill Bassolé, à Ouagadougou, en juin 2013.
© AHMED OUOBA / AFP

Au Burkina Faso, Djibrill Bassolé est toujours dans l'attente d'une évacuation sanitaire vers la France ou la Turquie. Accusé d'être l'un des cerveaux du putsch du 16 septembre 2015, l'ancien chef de la diplomatie burkinabé est atteint d'un cancer rare qu'il souhaite pouvoir aller soigner à l'étranger mercredi, René Bagoro, le ministre de la Justice a déclaré que la justice tardait à statuer sur cette demande en raison de la grève des avocats. Faux, rétorque William Bourdon, l'un des avocats du général Bassolé.

Tout le monde est sidéré par cette déclaration. Il y en a un qui l’a exprimé de façon très motivée, c’est le bâtonnier de l’Ordre des avocats de Ouagadougou qui a expliqué très clairement d’abord, que Djibrill avait déjà fait l’objet d’une autorisation de quitter le territoire sans l’ombre d’une réserve ou d’une difficulté, par simple échange de correspondance entre ses avocats et le président du tribunal militaire ; qu’ensuite tout semblait suggérer, malheureusement et tristement, que la vocation du comportement des avocats ressemblait plutôt à un prétexte qu’autre chose, c’est un atermoiement de plus. Il y a une urgence humanitaire, médicale, absolue. Djibrill Bassolé est atteint d’un cancer très complexe.

Me William Bourdon, l'un des avocats de Djibrill Bassolé
31-05-2019 - Par Pierre Firtion

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.