Republier
Algérie

Algérie: la présidentielle du 4 juillet prochain «impossible» à organiser

Les Algériens dans la rue, à Alger, pour un 13e vendredi consécutif contre le «système», le 17 mai 2019.
© REUTERS/Ramzi Boudina

L’élection présidentielle algérienne qui était prévue le 4 juillet prochain n’aura pas lieu. C’est ce qu’a annoncé, ce dimanche 2 juin, le Conseil constitutionnel après avoir rejeté les deux seules candidatures. « Impossible » donc d’organiser le scrutin à la date prévue.

Il faut rappeler que les deux seuls hommes qui briguaient la présidence étaient des candidats quasi inconnus sur la scène politique algérienne.

Les candidatures d'Abdelhakim Hamadi et de Hamid Touahri avaient donc soulevé beaucoup de questions. Certains se demandaient même si elles n'avaient pas été suscitées par le pouvoir afin de gagner du temps. Sans poids politique, il semblait en effet presque impossible pour les deux hommes d'obtenir les 60 000 signatures d'électeurs ou les 600 signatures d'élus que requiert la loi algérienne. Leurs candidatures ont en tout cas été officiellement rejetées, ce dimanche.

Rappelons aussi que cette élection du 4 juillet était rejetée par ceux qui manifestent chaque semaine, mais aussi par la société civile et un nombre important de personnalités politiques. Parce qu’elle n’inspirait pas confiance. Les manifestants, par exemple, réclamaient des garanties de transparence et s’inquiétaient que ce soient ceux qui étaient proches d’Abdelaziz Bouteflika, l’ancien président, qui organisent ce scrutin.

Samedi matin, le Conseil constitutionnel a donc annoncé qu’il rejetait les deux candidatures qui avaient été déposées il y a une semaine. Il a déclaré l’impossibilité de tenir l’élection présidentielle du 4 juillet et a ajouté que le chef de l’État devait convoquer de nouveau le corps électoral.

Réellement, l’élection n'est pas possible. Normalement, le Conseil constitutionnel doit se prononcer sur l'annulation de l'élection du 4. A partir de là, il faut s'asseoir autour d'une table...

Djamel Balloul, député et membre du conseil national du FFS.
03-06-2019 - Par Gaëlle Laleix

Pas de date pour un nouveau scrutin

Aucune nouvelle date pour la tenue de l'élection présidentielle n'a été fixée. Le mandat d’Abdelkader Bensalah, président par intérim, prend fin dans un mois, début juillet. Le Conseil constitutionnel explique, dans son communiqué, que c’est à lui de parachever le processus électoral jusqu’à ce qu’une élection ait lieu. Il se peut donc qu’Abdelkader Bensalah reste en poste plus longtemps que la période d’intérim initialement prévue, après la démission d’Abdelaziz Bouteflika.

Néanmoins, l’Algérie va entrer dans une période qui n’est pas prévue par la Constitution et il faut donc s’attendre à de nouvelles annonces politiques dans les prochains jours.

Encore une fois, nous sentons que le pouvoir en place ne veut pas acter la fin de la logique constitutionnelle entreprise et ouvrir une phase de transition politique...

Abdel Moumen Khelil, secrétaire général de la Ligue algérienne des droits de l'homme.
03-06-2019 - Par Gaëlle Laleix

À lire aussi: "Algérie: la majorité présidentielle se déchire"

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.