Republier
Côte d'Ivoire

[Reportage] Côte d’Ivoire: témoignages sur les événements de Béoumi

Maquis brûlé lors des affrontements à Béoumi, le 16 mai 2019.
© RFI/Pierre Pinto

Les 15 et 16 mai dernier, la ville de Béoumi, à 60 km à l’ouest de Bouaké, était le théâtre de violences intercommunautaires meurtrières entre jeunes Baoulés et Malinkés, qui ont fait au moins 14 morts et près d’une centaine de blessés. Tout est parti d’une altercation entre un jeune apprenti chauffeur de minicar et un moto taxi. La rumeur, fausse, de la mort du moto taxi, a provoqué un déferlement de violences sans précédent dans cette ville de 60 000 habitants. Quinze jours plus tard, malgré une chape de plomb qui pèse sur la ville, les langues se libèrent et les habitants témoignent.

Mercredi 15 mai au matin, la rumeur infondée de la mort du moto taxi répandue sur les réseaux sociaux a provoqué le soulèvement de groupes de jeunes Baoulés déterminés à en découdre contre leurs voisins malinkés, et la réplique des Malinkés.

Cette soudaine éruption de violence a en tout cas surpris tout le monde, à l’image de ce jeune lycéen baoulé : « Y avait des gens qui circulaient partout avec des machettes, on ne pouvait pas sortir. J’ai dû passer la nuit chez mon ami. Le jeudi, j’ai décidé de rentrer chez moi. Il y avait des dégâts, des maisons incendiées… On a parcouru 50 km pour partir chez nous au village à pied. Là-bas il n’y avait pas de problème. »

Hamed, lui, est menuisier. En rentrant d’un chantier en ville ce mercredi-là, sans savoir ce qui lui arrivait, il a été blessé par du petit calibre au bras et au dos. « Je revenais du travail. Un chantier au niveau de la gendarmerie. Et à mon passage, à ma grande surprise, j’ai reçu trois balles… Plus tard, j’ai voulu aller à l’hôpital pour me faire soigner. Malheureusement, il y avait un barrage. Les jeunes n’ont pas voulu que je passe. Les balles sont toujours dans mon corps. »

Youssouf, la trentaine, a passé ces deux jours sur une barricade pour protéger maisons et boutiques du quartier Commerce, habité surtout par les Malinkés. « Les gens essayaient de rentrer au quartier Commerce, dit-il, juste derrière la mairie. Cinq à sept personnes. On essayait de leur montrer qu’on était là. S’ils étaient rentrés, on aurait reculé. »

Plus de deux semaines après les faits, tout en appelant à l’apaisement, chaque communauté accuse l’autre d’être à l’origine de cette flambée de violences meurtrière qui a ancré la défiance entre elles. Par ailleurs l’enquête se poursuit sous la houlette du parquet de Bouaké. Pour l’heure une vingtaine de personnes ont été interpellées. Dont un chef de village ou un opérateur économique malinké a été lynché. Le chargé de communication de la mairie a aussi été arrêté pour diffusion de fausses informations.

Quartier Commerce, à Béoumi, mai 2019. © RFI/Pierre Pinto

À Béoumi, un fossé s’est creusé

Les violences intercommunautaires ne sont pas rares en Côte d’Ivoire, mais elles atteignent rarement une telle ampleur. Et à à peine plus d’un an d’une présidentielle à haut risque, elles inquiètent partout dans le pays. À Béoumi, en tout cas, depuis la mi-mai, quelque chose a profondément changé dans les relations entre les deux principales communautés. Un fossé s’est creusé.

Les deux jours de violences et la douzaine de morts ont considérablement aggravé la fracture entre les deux principales communautés de Béoumi et ravivé de vieilles rancœurs, jamais totalement éteintes. Des rancœurs parfois personnelles comme Habib, qui n’hésite plus depuis le 15 mai à parler d'«ennemis»...

Reportage à écouter: à Béoumi, le fossé s'est creusé entre les communautés
03-06-2019 - Par Pierre Pinto

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.