Afrique du Sud: un proche du dissident rwandais assassiné ciblé à son tour

L'homme se rendait au domicile du dissident rwandais assassiné au Cap pour présenter ses condoléances à sa veuve, lorsqu'il a été touché par un tir. (Image d'illustration)
© CC/Pixabay/sharonang

L’homme était un ami de Camir Nkurunziza, cet ancien garde du corps du président rwandais Paul Kagame, devenu dissident politique, abattu le 30 mai au Cap dans des circonstances encore floues.

L’homme en question était un ami et collègue de travail de Camir Nkurunziza, ce dissident rwandais abattu le 30 mai alors qu'il vivait en exil en Afrique du Sud.

Mardi soir, au Cap, il est en route pour le domicile de ce dernier afin de présenter ses condoléances à sa veuve lorsqu'il est blessé à l’épaule par un tir alors qu’il se trouve dans son véhicule devant les grilles du domicile de la famille Nkurunziza. Il est aussitôt emmené à l’hôpital, ses jours ne sont pas en danger.

L’homme est citoyen burundais, et n’a a priori aucun lien avec les activités politiques de Camir Nkurunziza. Mais selon l’épouse de ce dernier, cette tentative d’assassinat devant son domicile n’est pas un hasard. Pour Annet Kabasindi, il s’agit très clairement d’une menace et tentative d’intimidation. « Ceux qui ont tué mon mari, dit-elle, veulent nous faire taire. » « C’est un avertissement à ceux qui viennent présenter leurs condoléances », ajoute-t-elle.

Les obsèques du dissident rwandais doivent avoir lieu ce vendredi dans la ville du Cap.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.