Sénégal: après l’enquête de la BBC, le gouvernement passe à l'offensive

La porte-parole du gouvernement Ndèye Tické Ndiaye Diop a mené la riposte pour le gouvernement sénégalais.
© William de Lesseux/RFI

Au Sénégal, après la réaction du président Macky Sall à l’enquête de nos confrères de la BBC sur l’attribution de marchés pétroliers, le gouvernement a tenu une conférence de presse mercredi 5 juin au soir. L’exécutif rejette en bloc les éléments de l’enquête et charge la chaîne publique britannique.

C’est la porte-parole du gouvernement, Ndèye Tické Ndiaye Diop, qui a été choisie pour mener la riposte. À la tribune au ministère des Affaires étrangères, la ministre se lance dans la lecture d’une déclaration-fleuve du gouvernement.

Pour le pouvoir, l’enquête de la BBC est « un tissu de contrevérités […] destinées volontairement à manipuler l’opinion et jeter le discrédit sur le gouvernement et l’État du Sénégal. Le reportage de la BBC est marqué par un parti pris et une intention manifeste de nuire ».

Un chiffre imaginaire

S’ensuit alors le fastidieux déroulé de la chronologie de l’attribution du marché des deux exploitations pétrolières concernées à la société de Franck Timis. Le documentaire affirme que l’homme d’affaires roumain recevra 10 milliards de dollars sur 40 ans de la part de BP, British Petroleum. Un manque à gagner pour les Sénégalais, dit la chaîne britannique. Faux, répond la porte-parole.

« Ce chiffre est purement imaginaire. Il ne correspond à aucune réalité économique et financière du projet, encore moins à quelconque perte de revenus futurs pour l’État du Sénégal », affirme Ndèye Tické Ndiaye Diop.

Le gouvernement dit se réserver le droit de « donner toute suite appropriée à ce dossier ». Peu d’éléments de défense sur le fond ont été mobilisés. Rien par exemple sur les supposés 250 000 dollars qu’aurait touchés le frère du président Macky Sall, Aliou Sall, dont le nom n’a jamais été prononcé. La presse n’a pu poser aucune question lors de cette déclaration.

► À lire aussi : Sénégal, le frère du président Macky Sall soupçonné de corruption

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.