Ebola en RDC: l'épidémie stagne, l'OMS s'inquiète des cas non détectés

Un prêtre et des membres d'une famille préparent un corps pour un enterrement à Butembo, le 26 mars 2019.
© REUTERS/Baz Ratner

L'épidémie d'Ebola en RDC à un tournant. Plus de 2 000 cas recensés désormais, le chiffre est symbolique. D'après l'OMS, qui coordonne la riposte, le nombre de nouveaux malades stagne au Nord-Kivu. Kinshasa parle d'évolution positive à Butembo, l'épicentre de la maladie. Mais dans le même temps, d'autres foyers réapparaissent, comme à Mabalako, quand certains malades ne sont tout simplement jamais identifiés.

Avec notre correspondant à GenèveJérémie Lanche

« L'épidémie d'Ebola n'est pas un iPhone, on ne peut pas la redémarrer. » Avec cette phrase, Michael Ryan, le chef des opérations d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé, répond à sa manière aux ONG qui demandent de réinitialiser la riposte. La Croix-Rouge et Oxfam s'inquiètent de la défiance toujours aussi vive des populations vis-à-vis des personnels de santé. L'OMS le reconnaît, un certain nombre de malades passent encore entre les mailles du filet.

75% de cas indentifiés

« On ne peut pas dire qu'un nombre massif de cas d'Ebola nous échappent, mais c'est vrai que certains malades ne sont pas détectés, estime Michael Ryan. La question à 1 milliard de dollars, c'est : combien ? On estime qu'on arrive à en identifier 75%, ça veut dire qu'on en loupe encore un quart. Ce qui nous inquiète aussi, c'est ceux qu'on détecte très tard. Quand des personnes meurent d'Ebola dans les villages et sont enterrées par la communauté, c'est sûr que vous allez avoir de nouveaux malades. »

Chaque jour, les équipes sur place doivent surveiller 15 000 personnes qui ont été en contact avec des malades d'Ebola. Et qui peuvent se déplacer d'une région à une autre. Difficile dans ces conditions de faire des prévisions. Quand on lui demande si l'épidémie pourrait durer encore un ou deux ans, Michael Ryan ne dit pas non. Mais si nous faisons les efforts nécessaires, explique-t-il, cela pourrait aussi être beaucoup plus court.

►À lire aussi : Ebola en RDC, l'épidémie ralentit, mais l'OMS s'inquiète pour les soignants

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.