Republier
Cameroun

Cameroun: le MRC ne baisse pas les bras

Maurice Kamto (au centre) et plusieurs de ses militants et partisans ont été présentés en février 2019 devant le tribunal militaire de Yaoundé.
© AFP/MARCO LONGARI

Journée de manifestation ce samedi 8 juin à Yaoundé. Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) ne baisse pas les bras. Et compte bien marcher aujourd'hui dans la capitale. C'est la deuxième étape des manifestations pour demander - entre autres - la libération du leader Maurice Kamto et de tous les militants emprisonnés.

Le 1er juin dernier, les manifestations s'étaient soldées par des arrestations massives, 351 personnes au total. Cent ont été libérées cette semaine. Mais pour les rares cadres du parti encore libres, ce n'est pas suffisant. Le MRC dénombre plus de 450 membres encore emprisonnés.

« Intrus »

La nouvelle de la libération d'une centaine de personnes laisse un goût amer aux militants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun, car si certains sont bien membres du parti, beaucoup ne le sont pas. Maître Christopher Ndong, avocat et secrétaire général du MRC : « Beaucoup de ceux qu’on a relâchés ne sont pas les militants du MRC. Ce sont des intrus, ce sont des forces de l’ordre, et aussi les personnes qui soutiennent le gouvernement qui viennent dans nos rangs pour créer le trouble. »

La préoccupation de la France

À la mi-février, Maurice Kamto et plusieurs de ses militants et partisans avaient été présentés devant le tribunal militaire de Yaoundé où une information judiciaire pour « hostilité contre la patrie » et « insurrection » a été ouverte à leur encontre. Leurs avocats ont alors saisi, début avril, le groupe de travail sur la détention arbitraire. Longtemps silencieuse, la France s'est quant à elle récemment dite « très préoccupée » par la situation de l'opposant.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.