RDC: les anciens de NB Mining se mobilisent après leur licenciement

Une mine de cuivre à Kolwezi, dans le sud-est de la RDC (image d'illustration).
© AFP/GWENN DUBOURTHOUMIEU

En République démocratique du Congo (RDC), le changement de dirigeants à la tête du pays a favorisé la libération de la parole. Preuve en sont les remous sociaux dans plusieurs secteurs d'activités, notamment le secteur minier. Congédiés sans préavis, d'anciens salariés de NB Mining réclament ainsi leurs droits et en appellent au gouvernement.

En République démocratique du Congo (RDC), des travailleurs revendiquent des arriérés de salaires impayés depuis plusieurs mois, voire des années ou tout simplement fustigent les mauvais agissements de leurs employeurs. Dans la capitale, Kinshasa, d'anciens salariés de NB Mining, une compagnie minière du Katanga, demandent ainsi que les dirigeants du pays s’intéressent à leur cas.

« Nous sommes 268 travailleurs sur 1 209 qui ont été mis à la porte sans notification et sans que nous puissions bénéficier de nos droits », raconte Paul Kaponda, l’un de ces nombreux travailleurs de Mining Company Katanga (MCK), licenciés après la reprise de l’entreprise par NB Mining, société qui, par la suite, avait fait faillite avant d’être remplacée par NB Mining Africa. Les travailleurs qui estiment avoir été congédiés sans préavis réclament désormais leurs droits.

« N’ayant pas été signifiés de notre fin de contrat, nous réclamons nos salaires jusqu’à ce jour, nous réclamons nos décomptes finaux, poursuit Paul Kaponda. Cela fait 9 mois que nous ne travaillons pas. Nous réclamons tous les avantages qu’on nous a coupés et même des dommages et intérêts ». Une délégation de ces travailleurs a fait le déplacement de Kinshasa pour sensibiliser l’opinion et les autorités sur cette question.

À (ré)écouter : Révélations sur les mines artisanales africaines

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.