Gambie: Darboe, l’ex-opposant, devant la Commission vérité et réconciliation

Ousainou Darboe, l'ex-leader de l'oppositiontémoigne devant la Commission vérité et réconciliation. Le 10 juin 2019.
© TRRC

En Gambie, la Commission vérité et réconciliation a entamé sa 5e session. Ses auditions avaient été suspendues le temps du ramadan. Ce lundi 10 juin 2019, c'est la bête noire de l'ancien dictateur Yahya Jammeh qui s'est présentée;  Ousainou Darboe, ancien vice-président sous Adama Barrow, a été leader de l'opposition pendant deux décennies.

Diriger un parti d'opposition dans une dictature, c'est l'expérience racontée par Ousainou Darboe, avocat et président du Parti démocratique unifié, UDP. Dès l'élection présidentielle de 1996, tous les coups sont permis pour entraver la campagne de l'opposition, rapporte Darboe. Comme ce 26 septembre, où des militants sont arrêtés et passés à tabac à l'entrée de Banjul. Certains vont mourir de leurs blessures.

Retour sur l’assassinat de l’ex-ministre Koro Ceesay…

La violence est également exercée par les militants du parti au pouvoir, qui attaquent ceux de l'opposition. C'est parfois la télévision d'État qui coupe le micro de l'opposition quand un de ses membres prend la parole publiquement.

Ousainou Darboe met à jour une stratégie globale pour saboter la vie de l'opposition, voire l'éliminer. En avril 2016, Solo Sandeng, secrétaire national de l'UDP, est battu à mort en détention. « Nous devons passer du temps sur ces éléments pour que ça ne reproduise plus jamais », relance l'avocat général, inquiet pour les campagnes électorales à venir en Gambie.

Cette 5e session se tient jusqu'au 27 juin. Elle doit revenir plus en détail sur l'attaque contre les militants de l'UDP à Denton Bridge en septembre 1996, sur l'assassinat de l'ancien ministre des Finances Koro Ceesay, et sur les attaques contre les journalistes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.