Republier
Libye

Libye: réunion tripartite à Tunis sur fond d'affrontements à Tripoli

Stigmates des combats dans le quartier d'Abu Salim, Tripoli, Libye, le 17 avril 2019.
© REUTERS/Ahmed Jadallah

Les ministres des Affaires étrangères de Tunisie, d’Égypte et d’Algérie se sont réunis mercredi à Tunis pour discuter de l’évolution de la situation de leur voisin libyen. S’il s’agissait de la septième rencontre tripartite dans le cadre de la « Déclaration de Tunis pour un règlement politique global en Libye » initiée par le président tunisien, Béji Caïd Essebsi, il s’agissait de la première réunion depuis l’offensive, le 4 avril, de Khalifa Haftar sur Tripoli. La feuille de route était « la coordination des efforts communs visant à faire taire les armes et à reprendre le dialogue ». Mais, ce même jour, les bombardements continuaient dans la capitale libyenne.

Le gouvernement de Tripoli a lancé trois attaques aériennes contre des positions des forces de Khalifa Haftar, sur le front sud de la ville. Les autorités assurent que les frappes ont atteint leurs cibles dans au moins deux des bombardements qui ont eu lieu à proximité de l’ancien aéroport international, objet de féroces combats.

Les attaques aériennes ne sont pas rares depuis le début du conflit le 4 avril et émanant des deux camps. Mais ces opérations se sont déroulées trois jours après l’arrivée de drones turcs sur la base militaire contrôlée par les unités loyales au gouvernement de Tripoli.

Ces drones sont-ils ceux utilisés lors des attaques ? Difficile à dire. Un habitant qui a été témoin d’une explosion évoque plutôt un avion traditionnel, sans être affirmatif. Khalifa Haftar a recours depuis le début à cette technologie, mais venue de Chine.

Quoi qu’il en soit, sur le terrain, les belligérants n’ont aucune intention de déposer les armes comme le demandent les pays voisins. Au contraire, les deux camps ont plus que jamais la certitude qu’il leur faut une victoire coûte que coûte.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.