RDC: après les tensions, le FCC et CACH appellent au calme

Les représentants des deux coalitions, FCC et CACH, ont réaffirmé leur volonté de travailler ensemble pour conduire le pays et former un gouvernement (image d'illustration).
© John Wessels/Bloomberg via Getty

Au lendemain d’une nouvelle journée de tensions à Kinshasa entre partisans de l’UDPS de Félix Tshisekedi et ceux du PPRD de Joseph Kabila, des représentants des deux coalitions FCC (pro-Kabila) et CACH (pro-Tshisekedi) se sont retrouvés ce  jeudi 13 juin autour du gouverneur de la ville-province de Kinshasa. Ils ont réaffirmé leur volonté de travailler ensemble pour conduire le pays et former un gouvernement, et appelé leurs militants à l’apaisement.

C’est le secrétaire général de l’UDPS, Augustin Kabuya, qui a pris la parole à l’issue de la rencontre organisée chez le gouverneur. Une déclaration faite au nom des participants des deux coalitions. « L’objectif principal de notre réunion était de lancer l’appel au calme. La coalition entre le FCC et CACH reste toujours d’actualité et nous sommes ensemble. Ce qui est arrivé ces trois derniers jours n’est qu’un incident de parcours », a-t-il assuré.

Un peu plus tôt dans la journée, même discours d’apaisement, chez Patrick Nkanga, rapporteur du bureau politique du PPRD de Joseph Kabila. La veille déjà, il avait appelé à la désescalade. Pour lui, en dépit de la défiance affichée par une partie des militants des deux camps, ce qui compte c’est la volonté exprimée au plus haut niveau de ne pas rompre la coalition. « Il y a eu un malentendu, il y a eu des actes politiques qui peuvent donner l’impression qu’il y a eu des petits couacs. Mais il n’y a pas de volonté manifeste au niveau des structures politiques de rompre la coalition, a-t-il insisté. Elle tient parce qu’au plus haut niveau, le contact est maintenu et les actes politiques majeurs pour solidifier la coalition sont là. »

Dans le contexte troublé de ce début de semaine, la reprise des négociations entre CACH et le FCC pour la formation du gouvernement souhaitée dimanche 9 juin par l’actuel et l’ancien président a été retardée. Mais ce jeudi soir, ces négociations ont enfin repris, avec l’objectif, assure l’un des participants, d’aboutir « au plus vite ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.