Republier
RDC

RDC: coup de colère de Lamuka qui suspend ses activités parlementaires

Le Palais du peuple, le Parlement congolais à l'occasion de la rentrée parlementaire. (Photo d'illustration)
© RFI/Sonia Rolley

En République démocratique du Congo, la coalition Lamuka a suspendu hier, mercredi 12 juin, et « jusqu’à nouvel ordre », la participation de ses députés et sénateurs aux activités parlementaires. La plate-forme d’opposition dénonce ainsi l’invalidation par la Cour constitutionnelle de 23 de ses députés nationaux et de deux sénateurs au profit le plus souvent de candidats FCC, la coalition de l'ex-président Kabila. Elle accuse l’actuel et l’ancien président d’avoir « assassiné l’État de droit ».

La coalition Lamuka qualifie d’ « inique » les arrêts de la Cour constitutionnelle. Des arrêts rendus, selon elle, hors du délai légal de 7 jours, et sans débat contradictoire.

Pour Martin Fayulu, qui a pris la parole hier au nom de l’ensemble de la coalition, la logique politique l’a définitivement emporté sur le droit : « Nous dénonçons ces comportements des juges, manifestement orientés contre notre coalition et de nature à mettre à mal la cohésion nationale, déjà très fragilisée ! »

Mais au-délà des juges de la Cour, c’est bien à Felix Tshisekedi et son prédécesseur Joseph Kabila que s’adresse la colère de l’opposition. « Par cette enième forfaiture, monsieur Félix Tshilombo et Joseph Kabila ont assassiné l'État de droit en faisant (de) la corruption le seul véritable salaire du juge et du magistrat ! »

Pas question donc pour Lamuka de rester les bras croisés face à l’invalidation de près de « 20% de ses élus ». Et moins encore d’accepter dans ces conditions de siéger dans les deux assemblées. « Trop c'est trop ! Nous annonçons la suspension des activités parlementaires de tous les parlementaires Lamuka, jusqu'à nouvel ordre ! ».

Dès hier, plusieurs députés invalidés, accompagnés de quelques partisans, ont entamés un sit-in devant la Cour constitutionnelle, en attendant d’autres actions prévues dans les jours qui viennent.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.