L'OMS doit dire si l'épidémie Ebola en cours est une urgence sanitaire mondiale

Les installations de santé de Bwera, près de la frontière de RDC en Ouganda, le 14 juin 2019.
© REUTERS/James Akena

Réunion d'urgence à l'OMS ce vendredi 14 juin. L'Organisation mondiale de la santé doit décider si elle déclare une urgence sanitaire mondiale en raison de l'épidémie d'Ebola qui frappe la RDC depuis 10 mois et s'étend à l'Ouganda. Le virus y a fait ses deux premières victimes cette semaine. La dernière fois qu'une telle urgence mondiale a été déclarée, c'était il y a trois ans.

L'épidémie de Zika, en 2016, mais auparavant Ebola, déjà en 2014 en Afrique de l'Ouest, ou la poliomyélite la même année, et la grippe H1N1 en 2009. À quatre reprises seulement, donc, l'Organisation mondiale de la santé a décrété une telle urgence sanitaire mondiale.

Pour cela, l'OMS prend en compte plusieurs critères, avec au premier rang un risque de propagation internationale. C'est d'ailleurs pour cette raison que l'organisation avait refusé à deux reprises de considérer l'épidémie actuelle d'Ebola comme relevant d'un tel dispositif.

Cela n'a pour autant pas empêché les pays voisins de la République démocratique du Congo de prendre des mesures. L'Ouganda, par exemple, s'était déclaré en état d'alerte dès le début de l'épidémie en août dernier.

Mais si l'OMS venait à déclarer une urgence internationale ce vendredi, on changerait alors de braquet. Notamment au niveau des moyens mobilisés, déjà importants, mais surtout au niveau de la coordination de la réponse. L'enjeu en l'occurrence, ce sont les 875 kilomètres de frontière commune entre la RDC et l'Ouganda.

Même si des contrôles sanitaires ont été mis en place aux postes-frontières, celle-ci reste poreuse. Les deux victimes ougandaises revenaient ainsi de RDC, où elles avaient été contaminées.

► À lire aussi : Mort d'un enfant de 5 ans, premier cas confirmé d'Ebola en Ouganda

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.