Tchad: la société Olam va régler la dette des impayés du coton

La dette des impayés de coton va être payée aux producteurs de coton tchadiens par la société singapourienne Olam (image d'illustration).
© ©Lacey Roberts/Texas A&M University/Reuters

Au Tchad, c’est un véritable soulagement pour les producteurs de coton de la zone méridionale. Ils percevront une bagatelle de 6 milliards de FCFA qui représentent les impayés du coton qu’ils ont livré à la société nationale qui a été privatisée en partie depuis l’année dernière. Pour remotiver les producteurs, le Singapourien Olam qui est devenu actionnaire de la société s’est engagé à éponger l’ardoise en échange de crédit d’impôts.

C’est un arrangement qui permet à l’actionnaire majoritaire de remotiver les producteurs de coton. « Il appartient à l’État de régler directement cette dette aux producteurs de coton mais par l’accord que nous avons signé, il est convenu qu’Olam, grâce à un prêt obtenu du système bancaire local versera l’intégralité de la dette à la CotonTchad qui s’engage à son tour à payer directement les cotonculteurs, explique Ibrahim Malloum, le secrétaire général en charge du commerce de la CotonTchad. Le remboursement se fera par l’État sur les impôts payés par la CotonTchad ».

C’est une bonne nouvelle, salue Mbontar Ndoko, président de l’Union nationale des producteurs de coton du Tchad. « C’est de l’argent qui va rentrer pour les familles et à un moment où on est dans la phase des semis donc cela va intéresser les gens et c’est une belle occasion pour la relance de la production cotonnière », explique-t-il.

La production du coton qui tutoyait les 300 000 tonnes il y a quelques années est retombée à moins de 20 000 tonnes pendant les deux dernières campagnes. Pour remotiver les paysans, le nouvel actionnaire qui vise plus de 250 000 hectares emblavés cette année multiplie depuis quelques mois des actions pour motiver le bassin cotonnier qui compte environ quatre millions de personnes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.