Republier
Bénin

Bénin: le gouvernement dénombre «une trentaine de blessés» à Tchaourou et Savè

Le 28 avril, après les élections législatives, des manifestants se rassemblent à Cadjehoun, le quartier de l'ancien président Boni Yayi, à Cotonou, le 2 mai 2019 (image d'illustration).
© Yanick Folly / AFP

Échanges de tirs, routes desservant le nord du Bénin, le Niger et le Burkina Faso bloquées, incendies... La situation est toujours tendue à Tchaourou, ville d’origine de Boni Yayi et dans la ville voisine de Savè, où armée et manifestants s'affrontent. Tout a commencé lundi dernier, quand la police a arrêté un auteur présumé de troubles lors des élections législatives très controversées.

Les premiers chiffres ont été donnés vendredi par le conseiller sécurité du ministre de l’Intérieur le Colonel Spéro Gouchola à la télévision nationale béninoise. « Nous avons connu une trentaine de blessés, a-t-il déclaré. Au niveau de la population civile, nous avons enregistré deux blessés. Cela peut-être surprenant. Les forces de sécurité ont fait preuve de responsabilité, de patience et de retenue. Il n’y a pas eu de mort constaté par nos services sur le terrain. »

La dernière phrase de l’officier est perçue comme une précaution parce que les manifestants et plusieurs sources communiquent d’autres chiffres.

Sur le terrain maintenant, la ville de Savè a connu un vendredi très chaud et très tendu. Il y a eu des échanges de tirs. La voie bloquée n’a pu être libérée que partiellement. Quand la police vient à bout d’un barrage, les manifestants en reforment un autre plus loin. Tchaourou, toujours sous tension, se vide de ses habitants. Les gens s’en vont parce qu’ils ont peur.

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique Sacca Lafia a déclaré de son côté que « la situation était sous contrôle avec un retour progressif au calme ».

Selon nos informations, l’axe routier Cotonou-Parakou a été rouvert dans un seul sens. Les véhicules, tellement nombreux, sont convoyés par l’armée par rames de 150 en direction de Parakou.

L'opposition dénonce des tirs « à balles réelles »

Vendredi soir, dans un communiqué le parti FCBE de l’ancien président Boni Yayi a demandé au président Talon de « cesser de tirer à balles réelles sur les populations aux mains nues ». Le parti interroge : comment le président de la République « peut-il dans ses conditions prétendre organiser des débats francs et directs avec les acteurs politiques ? ».

Le parti Restaurer l’espoir de Candide Azannaï dénonce dans un communiqué transmis à RFI « l’usage excessif de la force contre les populations ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.