Republier
Mauritanie

Présidentielle en Mauritanie: dans les QG de campagne, c'est meeting tous les soirs

Dans un bureau de vote de Nouakchott, le 1er septembre 2018, lors du premier tour des élections législatives, régionales et locales (illustration).
© AHMED OULD MOHAMED OULD ELHADJ / AFP

Les Mauritaniens se rendront aux bureaux de vote le 22 juin pour se choisir un nouveau président de la République parmi six candidats, dont un général à la retraite soutenu par majorité sortante. Le général Ghazouani doit donc affronter cinq prétendants issus de l’opposition, dont un ancien Premier ministre et un militant anti-esclavagiste. Tous les candidats font campagne à l’intérieur du pays. A Nouakchott, la capitale, leurs partisans assurent l’animation tous les soirs dans les QG au rythme des chants et danses à la gloire de leurs leaders à la conquête du pouvoir.

Au QG de l’ancien Premier ministre, Sidi Mohamed ould Boubacar, Med Lemine, l’un de ses partisans, est là tous les soirs à partir de 23H. « Je soutiens Sidi Mohamed ould Boubacar, nous explique t-il. Je vois en lui un homme d’espoir, d’avenir. Il pourra transformer ce pays et opérer des réformes, surtout dans l’enseignement ».

Un peu plus loin, au quartier général de Mohamed ould Ghazouani, ce jeune étudiant est très engagé pour le général à la retraite, candidat du pouvoir sortant. « Je m’appelle Mohamed… On est là pour soutenir le candidat Mohamed Ould Ghazouani. Il va pouvoir développer notre pays et nous aider à trouver du travail et à baisser le chômage et beaucoup de choses ».

Biram dah Abeid, le candidat anti-esclavage, peut compter sur l'adhésion des personnes présentes comme Memad Cendi. « C’est une personne qui dit la vérité et je suis d’accord avec lui, nous assure t-il. C’est pourquoi, je le soutiens ».

RFI : « Quand Biram dit qu’il y a du racisme et de l’esclavage, c’est vrai ? »

« Oui, c’est vrai ! Toutes ces choses auxquelles tu as droit, tu ne peux pas les faire. Donc ça veut dire que tu es un esclave ! »

Après Biram, arrêt au QG de Kane Hamidou Baba, où Coumba Gaye pense déjà à la victoire de son candidat. « Tous les Mauritaniens connaissent Hamidou Baba. Hamidou Baba, il faut gagner ! »

Kane Hamidou Baba sillonne actuellement les régions de l’intérieur, à l’exemple des autres prétendants à la présidence.

À lire aussi : Présidentielle en Mauritanie: six candidats se lancent dans la campagne

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.