Soudan: l’insoutenable hausse du prix du pain

Soudan: devant une boulangerie à Karima (Nord du Soudan), décembre 2018 (illustration).
© Eric Lafforgue/Art in All of Us/Corbis via Getty

Au Soudan, le soulèvement populaire, toujours d'actualité, a commencé en décembre. Il avait des causes profondes mais la forte hausse du prix du pain avait constitué l’élément déclencheur des manifestations qui ont entraîné le coup d’Etat et la chute d’Omar el-Béchir, après 30 ans de pouvoir. La révolution a suscité beaucoup d’espoir mais, concernant le pain, elle n’a pas eu les effets escomptés. Reportage dans une boulangerie de Khartoum.

A la boulangerie Mahbezet Tahwa, une dizaine d’employés s’activent pour servir les clients, attendant leur tour. Cependant, malgré la petite file d’attente, les affaires ne sont pas bonnes.

« Les prix sont stables mais très élevés. Nous, on gagne peu et si on essaie de faire trop de bénéfices, on sera foutus. Tout a augmenté. La farine, la levure, l’huile, le salaire des ouvriers… tout cela suit le cours du dollar. Il faudrait qu’il baisse. L’instabilité du pays aggrave aussi les choses. J’espérais une amélioration avec la chute de Béchir mais pour l’instant, on n’a vu aucun changement », nous explique Dakhallah Abdallah, propriétaire de la boulangerie.

Un pain coûte aujourd’hui une livre soudanaise. Du jamais vu, souligne de son côté, Mohamed Abdelmumin, 26 ans. « En 8 ans, les prix ont été multipliés par 10. Le pain, c’est notre aliment principal, surtout à Khartoum car dans les régions, il y a des galettes pour remplacer. On essaie donc de travailler plus pour s’acheter plus de pain », dit-il.

Travailler plus mais aussi rationner et consommer moins. C’est le choix de Mouamar Makin, 17 ans, et de sa famille.

« Rien n’a changé. C’est comme avant. Pourtant, avec la révolte, on espérait un changement. Avant on mangeait 70 pains par jour, maintenant on est passé à 30. On est 17 personnes à la maison », nous confie-t-il.

Les clients le répètent. Que ce soient des militaires ou des civils au pouvoir, il va falloir agir pour que les prix cessent de flamber, au risque d’enclencher une seconde révolte du pain.

► À (RE) LIRE→ Prix du pain au Soudan: des manifestations d'étudiants violemment dispersées

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.