Sénégal: la défense d’Aliou Sall contredite par une nouvelle révélation

Aliou Sall lors d'une conférence de presse à Dakar, au Sénégal, le 3 juin 2019.
© REUTERS/Christophe Van Der Perre

Le frère du président sénégalais n'a pas fini de faire parler de lui après une nouvelle révélation dans l'affaire des contrats pétroliers impliquant Aliou Sall. Dans un entretien à la chaîne TV5 Monde mercredi 19 juin, El Hadj Hamidou Kassé, ministre et conseiller du chef de l'État, a confirmé l'existence d'un versement de 250 000 dollars sur le compte d'Agritrans, la société dirigée par le frère du président. Le conseiller précise que ce versement a été effectué dans le cadre d'une « mission agricole ». Une nouvelle révélation qui contredit une partie de la défense d'Aliou Sall.

En cause, un versement de la part de l’homme d’affaires Frank Timis. Un pot-de-vin si on s’en tient à l’enquête de la BBC, qui a révélé l’affaire. Ce montant était en réalité présenté comme une « taxe » destinée à l’État sénégalais. Mais elle aurait été versée à Agritrans, une entreprise du frère du président.

El Hadj Hamidou Kassé, sur le plateau de TV5 Monde, confirme ce virement bancaire de 250 000 dollars sans pour autant préciser l’identité de l’émetteur. La défense du bénéficiaire, Aliou Sall, semble contredite.

Le directeur de la Caisse des dépôts, début juin, avait démenti avec vigueur un tel versement de la part du Roumano-Australien Frank Timis. « C’est faux », avait-il précisé. « En dehors de ce transfert imaginaire de 250 000 dollars, on ne me reproche que d’être le frère du président de la République », avait déclaré Aliou Sall.

Des membres de la société civile, comme ceux du mouvement citoyen Y’en a marre, ont relayé l’extrait vidéo qui est largement partagé sur les réseaux sociaux. L’opposition s’est également emparée de ce nouveau rebondissement.

Abdoul Mbaye, sur Twitter, se demande si le ministre conseiller avait « toute sa tête » et accuse le frère du président d’avoir menti. Ni Aliou Sall ni El Hadj Hamidou Kassé n’ont pu se rendre joignables ce jeudi matin, afin de répondre à nos questions.

La déclaration d’El Hadj Kassé sonne comme un aveu. C’est l’avis d’Aliou Sané, le coordonnateur du mouvement citoyen Y’en a marre.

La défense de l'État et d'Aliou Sall mise à mal
20-06-2019 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.