Bénin: Boni Yayi a quitté le pays pour se faire soigner

L'ex-président béninois Boni Yayi, ici devant sa résidence dans le quartier de Cadjehoun, à Cotonou, le 19 avril 2019.
© Yanick Folly / AFP

L'ancien président béninois Boni Yayi a quitté le Bénin pour se faire soigner en France, selon le porte-parole de son parti. Selon les informations de RFI, l'ex-chef de l'État était, ce dimanche 23 juin au matin, au Togo, avant de partir pour la France.

Le départ de Boni Yayi a eu lieu à la faveur de la levée du siège de la police béninoise autour de sa résidence. Un blocus en vigueur depuis les événements meurtriers des 1er et 2 mai dans le quartier de Cadjehoun où vit l'ex-président, incidents qui avaient éclaté au terme d’un scrutin législatif controversé qui a exclu toute l’opposition béninoise. Le blocus a été levé progressivement dans la nuit, puis totalement depuis ce samedi matin 22 juin, ce qui a permis au président de quitter le pays.

« En ce moment, il n'est plus dans sa maison, il est évacué, explique Nourénou Atchadé, le porte-parole du FCBE, le parti de l'ancien président Boni Yayi. Il ne pouvait plus attendre, il ne pouvait plus perdre de temps au Bénin parce que sa santé méritait que les médecins les plus appropriés soient à son chevet. Donc, il est parti. Effectivement [il est parti] sans s’expliquer devant la Justice. Il a dit lui-même que dès que sa santé le permettra, il le fera volontiers. Il ne se soustrait pas à la justice parce qu’il est un homme, il est un Béninois. Il ne se reproche absolument rien ».

La justice souhaitait l'entendre sur son rôle dans les violences des 1er et 2 mai dernier à Cotonou. Quand il sera de retour, il se rendra disponible, assurent donc aujourd'hui ses proches. Le ministre de l'Intérieur dit croire à sa bonne volonté. « Cela ne pose aucun problème, assure Sacca Lafia. Dès qu'il sera rétabli il pourra le faire. Il a promis, il a pris des engagements devant les siens, devant des sages, devant des responsables. »

Ce qui a permis la décrispation autour du domicile de l'ancien président béninois, c'est une succession d'interventions, de médiations, dont celle du président Buhari. Mais aussi l'intervention de sages originaires de Tchaourou, ville natale de Boni Yayi, comme l'explique a RFI le ministre de l'Intérieur, Sacca Lafia.

« Cette présence de la police a été levée suite à l'intervention des rois, des sages, des notables de la ville de Tchaourou et des sages, rois et notables de la région de Savè. C'est eux qui ont décidé et ont rassuré le gouvernement que ce qui s'est passé ne se reproduira plus. Cette confiance est rétablie et on n'a plus jugé nécessaire la présence de la police en face du domicile du président Yayi Boni. Ce domicile était devenu le quartier général de tous ceux qui étaient venus manifester dans la ville de Cotonou. Donc, c'était pour empêcher ces rassemblements indus que la police était présente en ce lieu », a déclaré à RFI le ministre de l'Intérieur Sacca Lafia.

Le ministre de l'Intérieur Sacca Lafia: «Cette présence de la police a été levée suite à l'intervention des rois, des sages, des notables de la ville de Tchaourou... et de la région de Savè»
22-06-2019 - Par Marie-Pierre Olphand

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.