Republier
Algérie

Algérie: Sami Agli succède à Ali Haddad à la tête du patronat

Capture d'écran de la page Facebook de Sami Agly.
© Facebook

Un nouveau patron prend la tête du FCE, le Forum des chefs d'entreprises en Algérie. Il s'agit de Sami Agli, le dirigeant d'Agli group. À 41 ans, Sami Agli succède donc à Ali Haddad actuellement en prison après avoir été arrêté alors qu'il tentait de fuir le pays quelques jours avant la démission d'Abdelaziz Bouteflika. Ali Haddad, aussi visé pour des faits de corruption, aurait bénéficié pendant vingt ans de ses liens avec le clan Bouteflika pour bâtir sa fortune et décrocher des contrats publics. Ses détracteurs lui reprochent d'avoir fait du FCE un instrument au service de ses ambitions. Son successeur, Sami Agli promet de dépolitiser le Forum des chefs d'entreprises.

Sami Agli a compris la leçon. Le Forum des chefs d'entreprises ne doit plus s'occuper de politique. Le nouveau patron de cette puissante association d'entrepreneurs algériens propose que le FCE se dote d'une charte de bonne conduite, obligeant ses deux mille membres à ne pas s'impliquer dans la vie politique du pays.

En somme, dit-il, le FCE doit revenir à sa mission originelle, s'occuper des entreprises, défendre leurs intérêts et devenir force de proposition en direction des dirigeants politiques. Il s'agit donc de restaurer la crédibilité d'une organisation qui sous la direction d'Ali Haddad avait tendance à servir les intérêts du clan Bouteflika.

►A lire aussi: Algérie: six mois de prison ferme pour l’homme d’affaires Ali Haddad

Le « made in Algeria »

Sami Agli est pourtant un homme du sérail. Membre depuis plus de dix ans du FCE, ce jeune entrepreneur de 41 ans incarne la génération montante d'hommes d'affaires algériens. Formé en France, il a dirigé pendant des années la branche agroalimentaire de l'entreprise familiale fondée en 1967, avant de prendre en mains l'ensemble des activités.

Sami Agli a entrepris de diversifier vers le tourisme et l'immobilier un groupe fondé sur l'agroalimentaire, il est aussi l'un des promoteurs du « made in Algeria ». Pour lui, l'Algérie a les moyens industriels de réduire sa dépendance aux importations.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.