Republier
RCA

RCA: les évêques dénoncent «l’hypocrisie» des accords de paix

Le président centrafricain Touadéra lors de la signature de l'accord de paix à Khartoum, le 5 février 2019.
© REUTERS/Mohamed Nureldin Abdallah/File Photo

Cinq mois après la signature de l’accord de Khartoum, les évêques centrafricains dénoncent dans un communiqué « l’hypocrisie » des accords de paix signés depuis le début de la crise dans le pays, en 2013. Ainsi que la poursuite des exactions par les groupes armés.

Les évêques catholiques de Centrafrique poussent un cri de colère. « Le peuple est fatigué par l’hypocrisie qui caractérise la signature des différents accords qui ont eu lieu dans ce pays », signalent les évêques dans ce communiqué.

Ils dénoncent les violations de l’accord de paix de Khartoum, signé le 6 février dernier entre le gouvernement et quatorze groupes armés, le huitième depuis l’éclatement de la crise en Centrafrique en 2013.

►[Document exclusif] RCA : que contient l'accord politique négocié à Khartoum ?

Il y a quelques jours, le chef de la Mission de l'ONU en Centrafrique rapportait devant le Conseil de sécurité de l'ONU que 50 à 70 violations de l'accord de paix avaient lieu chaque semaine.

Face à cette situation, les évêques réclament au gouvernement « le retour sans condition de l’autorité de l’État sur toute l’étendue du territoire centrafricain », alors que 80% du territoire est toujours sous le contrôle des groupes armés, malgré cet accord censé ramener la stabilité dans le pays.

Les évêques rappellent dans leur déclaration les derniers massacres commis en Centrafrique. Ils demandent le jugement des auteurs de ces crimes. En mai dernier, ce sont 50 civils qui ont été tués par les 3R, un des groupes signataires de l’accord de Khartoum.

Enfin, pour les évêques, la communauté internationale ne doit « pas permettre que les engagements pour le respect concret et effectif de l’accord de Khartoum deviennent de simples engagements verbaux ».

­■ Un accord critiqué de toutes parts

Thierry Vircoulon, chercheur associé à l'Institut français des Relations internationales (IFRI), spécialiste de l'Afrique centrale, est très pessimiste sur l'avenir de l'accord de Khartoum.

Ces critiques sont dues au fait que l'accord de Khartoum et qu'il n'est pour le moment pas réellement appliqué.

Thierry Vircoulon, chercheur associé à l'Institut français des relations internationales (IFRI), spécialiste de l'Afrique centrale
25-06-2019 - Par Esdras Ndikumana

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.