RDC: opérations de «déguerpissement» autour d'une mine

Une mine dans le sud-est de la RDC (image d'illustration).
© AFP/GWENN DUBOURTHOUMIEU

En République démocratique du Congo (RDC), les forces de sécurité « déguerpissent », depuis le début de la semaine, les creuseurs et comptoirs artisanaux entourant la concession de TFM dans la province de Lualaba. Tenke Fungurume Mining est l'une des plus grandes sociétés minières privées du Congo, sous le contrôle des firmes chinoises, même si la société d'État congolaise Gécamines conserve près de 20% du capital. Mais, depuis quelques semaines, cette concession était envahie par des creuseurs, venus du Katanga, mais aussi des Kasaï. La société s'en est plainte aux autorités, qui ont envoyé la police mais aussi l'armée pour intervenir.

Si l'armée avait annoncé depuis un dizaine de jours être en opération dans la zone, selon la société civile, l'ultimatum donné aux creuseurs devait s'achever le 2 juillet. C'est donc avec une certaine surprise que certains de ses animateurs ont découvert en début de semaine, les comptoirs détruits, les habitations précaires des creuseurs, brûlées.

« Unités armées jusqu'aux dents »

« Il y a bien un problème avec ces creuseurs dont certains ne sont pas des enfants de choeur », reconnaît un activiste local. Mais ce dernier s'inquiète de voir débarquer « des unités armées jusqu'aux dents avec des personnalités comme le général John Numbi à leur tête », bête noire des défenseurs des droits de l'homme. Du côté du ministère des Mines, on dit ne pas avoir été saisi de cette situation.

Dans l'entourage du président Tshisekedi, on assure que des instructions fermes ont été données pour qu'aucune violation ne soit commise, que des pistes sont envisagées pour réinstaller à terme ces creuseurs. Un spécialiste du secteur minier s'étonne, lui, de l'arrivée massive de creuseurs, parmi lesquels des fauteurs de troubles, qui à peine arrivés s'en sont pris à du matériel de TFM. Il dit redouter une manipulation.

Suppression

En février dernier, le Conseil national de sécurité avait décidé de la suppression de tout détachement de policiers, de militaires, ainsi que d'éléments de la garde républicaine dans le gardiennage et les sociétés minières sur tout le territoire.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.