Republier
Cameroun Suisse

Crise au Cameroun anglophone: la Suisse dans le rôle de facilitateur

Dans un communiqué, le gouvernement fédéral suisse précise qu’une réunion préparatoire avec des opposants camerounais, la deuxième du genre, a eu lieu cette semaine dans les Alpes valaisannes.
© Wikimédia/Serre

La Suisse annonce qu’elle est en train de jouer le rôle de facilitateur dans la crise les régions du nord-ouest et le sud-ouest du Cameroun. Dans un communiqué, le gouvernement fédéral précise qu’une réunion préparatoire avec des opposants, la deuxième du genre, a eu lieu cette semaine dans les Alpes valaisannes.

La Suisse dit être à la recherche d’une « solution pacifique et durable à la crise » au Cameroun. Elle assure cette facilitation en collaboration avec le Centre pour le dialogue humanitaire, une organisation discrète basée à Genève qui communique rarement sur ses initiatives pour ne pas les compromettre.

Dans un communiqué laconique, ce centre se borne à dire que l'objectif est d'arriver à une « résolution négociée, juste et durable du conflit ». Le gouvernement de Berne a fait savoir qu'il avait été mandaté par « une majorité des parties », y compris le gouvernement camerounais, pour faciliter un processus de négociation inclusif. Il s’agira, dans le meilleur des cas, d’un processus de longue haleine.

Des absents

Une première rencontre a eu lieu, le mois dernier, à Genève, et une deuxième, cette semaine, dans le canton du Valais, entre les facilitateurs et divers groupes d’opposants. Leur objectif est de préparer de futures négociations entre l'opposition et le gouvernement. Une douzaine de représentants du SCLC (Conseil de libération des Cameroun du Sud), d'une faction du « Gouvernement par intérim », de l'AIPC (Ambazonian International Policy Commission), RoAN (Republic of Ambazonia Nationals), entre autres, ont participé à la réunion de cette semaine.

Dans un communiqué, les participants assurent s'être rendus en Suisse pour prouver leur « bonne volonté ». « Nous insistons sur le fait que nous ne sommes pas uniquement à la recherche de la paix, mais également du respect du droit international, notamment des résolutions des Nations unies, et des garanties de justice dont l'absence est à l'origine de la violence génocidaire en cours », soutiennent les participants dans ce communiqué.

Pour l'instant, la mouvance du dirigeant indépendantiste Sisiku Ayuk Tabe et l'Ambazonia Governing Council, le Conseil de gouvernement de l'Ambazonie, le nom que les indépendantistes donnent aux régions anglophones, restent à l'écart de ces réunions. craignant une « manipulation du gouvernement » camerounais. Un observateur bien informé s’interroge, par ailleurs, sur la volonté du camp d’en face de négocier. Les forces de sécurité, dit-il, continuent de privilégier la répression dans les régions anglophone, ce qui laisse planer le doute sur la volonté des autorités d’en arriver à une solution négociée. D’autres se demandent si un éventuel processus de paix ne serait pas mieux servi par de multiples médiateurs, plutôt que par la facilitation de la seule Suisse.

De son côté, le gouvernement camerounais reconnaît qu'un dialogue inclusif est « en cours de préparation » mais ne souhaite pas le commenter pour l'instant.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.