Republier
Somalie

[Reportage] Les Somaliens seront-ils prêts à reprendre le flambeau de l'Amisom?

Des soldats burundais de l'Amisom (archives).
© Reuters/Feisal Omar

La force africaine Amisom doit terminer son mandat en décembre 2021 et laisser les troupes somaliennes assurer elles-mêmes la sécurité du pays. En attendant, l’Amisom continue de sécuriser les zones libérées de l’emprise des shebabs. C’est le cas de Mogadiscio. Les terroristes ont fui la capitale en 2011 mais continuent d’y mener des attaques et des attentats. Une force africaine qui doit affronter une menace invisible, alors que ses moyens se réduisent.

Les patrouilles se font toujours en véhicule blindé. Toujours en convoi. Et toujours sous la menace des engins explosifs improvisés, les EEI. Les shebabs les cachent dans des voitures, dans les ordures, sur les bords de route.

« Contre les EEI on a l’entraînement, et les ressources comme les renseignements, ou des gadgets comme les jammers, ça les détecte et ça coupe leur signal, témoigne le chef de la branche police de l’Amisom, le commissaire nigérian, Rex Dundun. Dans une guerre asymétrique, il faut éviter la routine. Si vous prenez toujours la même route, à la même heure, vous devenez prévisible. Vous devez connaître des routes secondaires et évitez les arrêts inutiles. C’est un environnement stressant pour les hommes. Ils ont des congés obligatoires, pour voir leurs familles. On a même aménagé des espaces de loisir dans la base pour qu’ils se défoulent. »

Mogadiscio et ses alentours sont sous contrôle ougandais. Le général de brigade Michael Kabango dirige les 5000 soldats du contingent. Il se plaint du manque de moyens.

« Les shebabs contrôlent les zones que nous n’avons pas les moyens d’occuper en permanence. Si on obtenait plus d’hommes, de capacités opérationnelles, hélicoptères, véhicules blindés, personnels, ce serait plus facile. On n’a pas d’hélicoptères d’attaque. Quand les shebabs lancent un assaut, on ne peut pas réagir rapidement. On ne peut pas sécuriser correctement les principales routes commerciales. Dans ce contexte, ça pose des questions sur la transition. »

Cette transition doit permettre aux Somaliens d’assurer eux-mêmes leur sécurité à partir de décembre 2021, à la fin du mandat de l’Amisom. La force africaine qui voit ses effectifs réduire de plus en plus sous la pression des bailleurs de fonds. La question est de savoir si les Somaliens pourront reprendre le flambeau.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.