À Abuja, la future monnaie de la Cédéao en question

Le siège de la Cédéao au Nigeria.
© Wikimedia

Les chefs d'états et de gouvernement de la Cédéao sont réunis ce samedi 29 juin, à Abuja, au Nigeria. Au menu de ce sommet, des dossiers très politiques comme la crise béninoise. D'ailleurs, le président Talon est annoncé à ce sommet d'Abuja. Mais il y a aussi des dossiers plus économiques, dont l'adoption définitive du nom de la future monnaie commune à l'espace Cédéao, l'éco. Son entrée en vigueur est en théorie prévue pour 2020.

Le serpent de mer va-t-il enfin devenir un serpent monétaire ? C'est en tous cas l'ambition affichée depuis deux ans par les pays de la Cédéao qui sont sortis de trois décennies d'immobilisme pour relancer le projet de monnaie commune.

Le nom est d'ores et déjà acquis, il sera entériné par le sommet d'Abuja. La devise s'appellera l'éco, un nom préféré à ceux d'afri et de kola qui avaient pourtant la faveur du public, appelé à se prononcer. En revanche, le symbole et l'iconographie qui apparaîtront sur les billets ne font pas encore consensus.

La future banque centrale sera fédérale

Le taux de change de l'éco sera flexible. La monnaie évoluera en fonction d'un panier de devises. Y aura-t-il ou non des marges de fluctuation ? Pour l'instant ce n'est pas envisagé. Enfin, la future banque centrale sera fédérale, ce qui permettra à chaque pays d'y avoir voix au chapitre. Si le projet avance, les chefs d'États réunis à Abuja vont devoir convaincre qu'ils sont capables de prendre le problème de la convergence à bras le corps et d'agir rapidement.

Pour l'instant, ce n'est pas encore le cas, la convergence patine, et le lancement de l'éco, prévu en 2020 apparaît à beaucoup comme trop optimiste. Le serpent doit encore faire sa mue.

À LIRE AUSSI : Nouvelle monnaie : «L'Afrique occidentale va souffrir des difficultés du Nigeria »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.