Republier
RDC

RDC: l'opposition maintient sa «manifestation pacifique» ce dimanche

Martin Fayulu, à Kinshasa, le 12 janvier 2019, après avoir déposé son recours à la Cour constitutionnelle contre les résultats de la présidentielle.
© REUTERS/Baz Ratner

L’opposition maintient sa manifestation pacifique prévue dans la capitale congolaise ce dimanche « jusqu’à preuve du contraire ». C’est ce qu’a déclaré ce vendredi soir Fidèle Babala, coordonnateur de Lamuka dans la capitale Kinshasa, à l’issue d’une réunion organisée par le gouverneur en présence du comité de sécurité de la ville. Et ce, malgré l’interdiction du gouverneur de Kinshasa qui invoque, lui, pour justifier sa décision le caractère « sacré » de la date du 30 juin, journée commémorative de l’indépendance du pays.

Pour Fidèle Babala, le coordonnateur de Lamuka à Kinshasa, « le gouverneur n’a pas le droit d’interdire une manifestation pacifique ». L’opposant invoque l’article 26 de la Constitution qui garantit « la liberté de manifestation » tout en imposant « aux organisateurs d’informer par écrit l’autorité administrative compétente ».

C’est aussi l’avis de Martin Fayulu : « Ils nous ont demandé de reporter notre marche pacifique à une autre date, mais avons dit niet », affirme-t-il en précisant que la marche devrait bien des 24 communes de Kinshasa comme prévu pour converger jusqu’à Limété et que les itinéraires précis, qui n’ont pas été communiqués aux autorités pour le moment, sont en train d’être élaborés.

Bref, aucun compromis n’a été trouvé au cours de la réunion. Car le gouverneur de Kinshasa Gentiny Ngobila reste lui aussi sur sa position. « Organiser des marches de revendications » le 30 juin, date commémorative de l’indépendance du pays, « friserait le sabotage contre la mémoire de la République », a-t-il écrit dans sa lettre de réponse à Lamuka datée de jeudi.

Un argument balayé par l’opposition. « Nos pères ont obtenu l’indépendance suite à une contestation et l’indépendance c’est la liberté », argumente Fidèle Babala pour qui « chaque Congolais a le droit de fêter l’indépendance comme il l’entend ».

De son côté le chef de la police de Kinshasa, le général Kasongo dit avoir reçu « instruction d’empêcher cette marche », et promet que ses hommes seront « déployés ce dimanche à travers toute la capitale ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.