Republier
Somalie Shebabs

La Somalie célèbre son indépendance dans l'espérance malgré les shebabs

Le président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed, dit Farmajo, en 2017 à Mogadiscio.
© STRINGER / AFP

Le 1er juillet 1960, la Somalie accédait à l’indépendance. Le pays célèbre aujourd’hui ses 59 ans dans une situation sécuritaire en progrès mais toujours volatile. Les islamistes contrôlent une partie du territoire. Ils conduisent régulièrement des attaques à Mogadiscio. Pour autant, les habitants voient enfin l’avenir avec optimisme.

Tout le monde se rappelle l’époque où Mogadiscio était transformée en far west sanglant. Au quotidien, les habitants subissaient attentats et fusillades. Mais depuis que les shebabs ont été chassés de la ville en 2011, la situation s’est améliorée. Badia Mursal regarde désormais l’avenir avec confiance.

« Je souhaite que chaque année, on célèbre ce jour dans un environnement de plus en plus sécurisé, et que notre économie continue de s’améliorer. Même si le pays n’est pas encore pacifié, je crois en notre succès. »

Espoir, optimisme, ces mots reviennent souvent dans la bouche des Somaliens lorsqu’ils parlent du futur. Fazia a connu le temps de la guerre civile. Une période révolue selon elle.

« Je pensais qu’on ne s’en sortirait pas. On n’avait même plus de gouvernement ni d’élections. J’avais honte d’être Somalienne. Mais le dernier président a été élu pacifiquement. Ça m’a redonné espoir. J’espère que les gens vont se réconcilier et arrêter de se regarder avec soupçon. Aujourd’hui je suis de nouveau fière d’être Somalienne. Je vais donc prendre un jour de congés pour célébrer mon pays. »

→ Lire aussi : [Reportage] Somalie: à Mogadiscio, la violence n'est plus vue comme une fatalité

Tout est loin d’être parfait car les shebabs contrôlent encore une partie du pays et attaquent régulièrement Mogadiscio. Il n’empêche, les progrès sont indéniables selon Youssouf Adan, vendeur sur un marché. « Le risque zéro n’existe pas. Il peut toujours vous arriver quelque chose, même si vous êtes à l’abri chez vous. Mais je n’y pense pas. Je vis librement et je suis heureux de célébrer l’indépendance. On est tous fiers et j’espère que les progrès ne s’arrêteront pas. »

Les forces somaliennes devront elles-mêmes sécuriser le pays à partir de fin 2021, au départ de la force Amisom. Si elles ne sont pas prêtes d’ici là, beaucoup craignent une nouvelle plongée dans la violence et un retour en arrière.

→ Lire aussi : [Reportage] Les Somaliens seront-ils prêts à reprendre le flambeau de l'Amisom?

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.