Attaque au Niger: des opérations de ratissage en cours dans l’Ouest

Des soldats nigériens patrouillent aux alentours de Bosso, le 25 mai 2015.
© ISSOUF SANOGO / AFP

Alors que la capitale Niamey s'apprête à recevoir une cinquantaine de chefs d'État pour un sommet de l'Union africaine prévu de jeudi à lundi, l'armée nigérienne a été attaquée, lundi après-midi, au camp de garnison d'Inates, dans l'ouest du pays, près de la frontière malienne. Une attaque d'envergure qui a fait 18 morts et quatre disparus dans les rangs de l'armée.

Depuis lundi soir, des renforts de l'armée nigérienne ont été déployés dans la zone. Plusieurs avions militaires français et américains ont aussi été mobilisés. « L'ennemi a été mis en déroute », indique ce matin le ministère nigérien de la Défense, qui l'assure : des « éléments terroristes » ont été repoussés sur la frontière du Mali. Les frappes aériennes ont permis de détruire un camion, deux véhicules et plusieurs « terroristes » ont été « neutralisés », souligne le ministère de la Défense.

En revanche, le bilan humain et matériel est lourd : 18 soldats ont été tués et quatre sont portés disparus, selon les autorités. Une caserne a aussi été réduite en cendres, l'armement et au moins neuf véhicules ont été incendiés.

Les opérations de ratissage se poursuivent. Quant aux dépouilles, elles vont être rapatriées à Tillabéri pour y être inhumées demain matin.

Pas de revendication

Cette attaque n’a pas encore été revendiquée. Le contexte reste instable dans cette région : plusieurs actions symboliques se sont produites ces six derniers mois. Comme l'assassinat, dans la nuit du 26 au 27 avril, du chef touareg d'Inatès par de présumés jihadistes. Il y a eu, ensuite, une embuscade meurtrière près de Tongo Tongo, en mai dernier : 28 soldats avaient alors perdu la vie dans cette attaque revendiquée par l'organisation Etat islamique dans le Grand Sahara.

Par la suite, une importante opération menée par les forces armées nigériennes, françaises et américaines avait permis d'arrêter 18 combattants de ce groupe terroriste.

Les dernières attaques terroristes sur un poste de police à la sortie nord de Niamey et contre la garnison militaire d’Inates, il y a 48 heures, ramènent le débat sur l’insécurité. À Niamey, la question est sur toutes les lèvres.

[Reportage] Inquiétude sécuritaire avant le sommet de l’UA prévu à Niamey
03-07-2019 - Par Moussa Kaka

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.