Libye: pourquoi Ankara livre des armes à Tripoli

Véhicule brûlé appartenant aux forces du général Khalifa Haftar à Gharyan, au sud de Tripoli, en Libye, le 27 juin 2019. (Image d'illustration)
© REUTERS/Ismail Zitouny

L'autorité de l'Est libyen accuse Ankara d'ingérence en Libye et de violer l'embargo sur les armes imposé par l'ONU à ce pays depuis 2011. Si la Turquie n'est pas le seul pays ainsi impliqué en Libye, ses récentes livraisons d'armes et de drones armés à destination des milices de Tripoli leur ont permis de reprendre la ville stratégique de Gharyan des mains du général Khalifa Haftar.

Parmi tous les responsables étrangers impliqués dans le dossier libyen, Recep Tayyip Erdogan est le plus clair. Il a promis de faire tout son possible pour que les milices islamistes gagnent, en leur accordant des aides politiques, militaires, logistiques et en leur fournissant des renseignements.

Le président turc accepte de soutenir sans réserve les Libyens venus le voir au début de la guerre de Tripoli. À savoir, le ministre de l'Intérieur Fathi Bachagha et d'autres responsables des Frères musulmans.

Les raisons de l'implication turque en Libye
02-07-2019 - Par Houda Ibrahim

Ces derniers mois, la Turquie a fourni à Tripoli différentes sortes d'armes : des tanks et surtout des drones armés, sans doute opérés par des Turcs. Ces drones ont fait un fort effet. Depuis, quatre drones ont été abattus par l'Armée nationale libyenne.

Furieuses, les autorités de l'Est libyen dirigées par le général Khalifa Haftar voient dans cette intervention une déclaration de guerre et menacent les intérêts turcs dans le pays. Pour elles, Ankara empêche la sécurité et la stabilité en Libye en soutenant les Frères musulmans.

Alors que les autorités de l'Ouest défendent cette intervention, beaucoup à l'Est considèrent que le combat contre la Turquie en Libye est le combat de toute la région contre la confrérie panislamiste.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.