Libye: les condamnations se multiplient après l'attaque du centre de Tajoura

Le centre de rentention de migrants de Tajoura détruit par un raid aérien, le 2 juillet 2019.
© MAHMUD TURKIA / AFP

Les condamnations ont été unanimes après les frappes mardi soir contre le centre de rétention de migrants de Tajoura, qui ont fait au moins 60 morts, selon des sources officielles libyennes. L'UE, l'UA et le secrétaire général de l'ONU demandent une enquête. Les organisations humanitaires et le HCR ont réitéré leur appel à libérer tous les migrants détenus dans des centres en Libye.

Selon les organisations humanitaires, 70 % des migrants dans les centres de rétention à Tripoli tombent sous mandat du Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR), en tant que demandeurs d'asile fuyant des persécutions ou des conflits. Paula Barrachina, porte-parole du HCR, renouvelle son appel pour libérer les migrants.

« On est gravement préoccupé par les personnes qui se trouvent à Tajoura en détention en ce moment, mais aussi par le sort de 3 800 réfugiés et migrants qui sont détenus dans des centres de rétention, à proximité des zones touchées par le conflit, confie Paula Barrachina. Nous lançons donc un appel pour leur réinstallation urgente, un appel pour une évacuation humanitaire, de la Libye vers des pays capables de les accueillir et de leur octroyer la protection nécessaire. »

Présent sur le terrain en Libye depuis 2016, Médecins sans frontière réclame, de son côté, l'évacuation des réfugiés et migrants enfermés dans le centre de Tajoura, touché à plusieurs reprises.

« Pour toute personne évacuée d'un centre de rétention en Libye, près de trois personnes sont y sont placées, lorsque les garde-côtes libyens interceptent des navires, rappelle Hassiba Hadj Sahraoui, conseillère aux affaires humanitaires à MSF. Donc, c'est comme si nous luttions contre le vent : alors que nous essayons de vider de leurs détenus les centres de rétention, on continue à y emmener d'autres personnes ! »

Sur son compte Twitter, Filippo Grandi, le chef du HCR a demandé ce mercredi à ce que les migrants et les réfugiés « ne soient plus en détention ; les civils ne doivent pas être des cibles ; la Libye n'est pas un lieu sûr pour un renvoi de migrants ».

Washington bloque une condamnation du Conseil de Sécurité

L'attaque de ce mardi 2 juillet contre le centre de rétention de migrants de Tajoura, en banlieue de Tripoli, a fait au mois 66 morts, selon un nouveau bilan libyen. 80 personnes ont été blessées, selon un responsable médical libyen. Médecins sans frontières, qui a visité le centre, a recensé 126 personnes dans la cellule qui a été touchée par la frappe. Le centre abrite entre 500 et 600 personnes tous sont des rescapés ramenés de la mer par les garde-côtes libyens.

Le gouvernement d'union nationale (GNA) de Tripoli attribue le carnage aux forces du général Khalifa Haftar, lesquelles accusent en retour le GNA de « fomenter un complot » pour leur faire endosser la responsabilité de la tuerie.

Ce mercredi 3 juillet, le Conseil de sécurité de l'ONU s'est retrouvé dans l'incapacité de condamner le raid. Selon des diplomates cités par l'AFP, ce sont les États-Unis qui ont empêché l'adoption d'une condamnation à travers un projet de résolution proposé par le Royaume-Uni. Aucune explication n'a été donné à ce bloquage côté américain.

Pourtant, un peu plus tôt ce mercredi, Washington avait dénoncé une attaque « abjecte ». « Ces pertes tragiques et inutiles, qui ont frappé l'une des populations les plus vulnérables, soulignent le besoin urgent pour toutes parties libyennes de faire baisser l'intensité des combats et de revenir à un processus politique », a déclaré la porte-parole du département d'État américain Morgan Ortagus.

Contrairement à l'ONU et l'Union européenne, les États-Unis n'ont pas réclamé dans l'immédiat une enquête sur le raid.

Le chef de l'ONU demande une « enquête indépendante »

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, « demande une enquête indépendante sur les circonstances » de la frappe aérienne. Il faut « s'assurer que ses auteurs soient traduits en justice », a-t-il ajouté.

L'UA « condamne fermement » cette attaque et demande une enquête

Le président de la commission de l'Union africaine Moussa Faki Mahamat a condamné « fermement » mercredi cette frappe aérienne. « Le président demande également que soit menée une enquête indépendante pour s'assurer que les responsables du meurtre horrible de ces civils rendent des comptes », poursuit le communiqué.  Moussa Faki Mahamat « réitère son appel pour un cessez-le-feu immédiat et pour que les parties (au conflit) assurent la protection et la sûreté des civils, surtout des migrants pris au piège des centres de détention », ajoute le communiqué.

La France a elle aussi condamné ces frappes.

►À écouter aussi - Libye: «Les deux camps savent que la question des migrants est éminemment politique»

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.